"De Ronde 2020: Lockdown Edition" Evenepoel, De Gendt, Van Avermaet? Faites vos jeux!

On annonce 20 degrés ce dimanche dans les Ardennes flamandes. Rien ne sert de se lamenter et de remuer le couteau dans la plaie mais… quelle superbe météo pour un Tour des Flandres ! Avec le soleil, c’est certain, on aurait, comme chaque année, frôlé le million de spectateurs sur le bord des routes, entre Anvers et Audenarde. Mais voilà, on ne vous apprend rien, l’épidémie de coronavirus est passée par là et le Ronde (notamment) a été reporté à plus tard.

Pas de Tour des Flandres le jour prévu du Tour des Flandres… dimanche matin au réveil, de nombreux amateurs de cyclisme risquent de se lever bougons ! Alors, même si ça ne remplacera pas le vrai Ronde, la RTBF et Auvio, avec Rodrigo Beenkens aux commentaires, ainsi que la chaîne de télévision néerlandophone Sporza (VRT Één), diffuseront entre 15h30 et 16h30 un Ronde van Vlaanderen… virtuel ! Avant même son coup d’envoi, cette initiative unique baptisée " De Ronde2020 : Lockdown Edition " et imaginée par la société Flanders Classics (qui met sur pied le " vrai " Tour des Flandres) fait déjà le buzz sur les réseaux sociaux.

Plusieurs stars du peloton ont été contactées pour participer à l’évènement. Elles seront treize exactement sur la… ligne de départ, tracée dans leur salon, leur cuisine ou sur leur terrasse. Le tenant du titre Alberto Bettiol (Education First), Greg Van Avermaet (CCC), Wout Van Aert (Jumbo-Visma) et son équipier Mike Teunissen, Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), les potes de chez Lotto-Soudal Tim Wellens et Thomas De Gendt, les deux coureurs de Sunweb Michael Matthews et Nicolas Roche, Oliver Naesen (Ag2R La Mondiale) et les trois épouvantails de Deceuninck-Quick Step Yves Lampaert, Zdenek Stybar et… Remco Evenepoel

Et qui est déjà considéré comme le grand favori ? Je vous le donne en mille… Remco évidemment, même s’il est le seul de la liste à n’avoir jamais participé " en vrai " au Tour des Flandres. " Mon premier monument, ce devait être normalement Liège-Bastogne-Liège fin avril. Mais ce sera donc ce Ronde virtuel ", a-t-il déclaré aux médias flamands. J’ai reconnu le parcours et croyez-moi, les montées font vraiment mal aux jambes ! "

Les coureurs pédaleront sur leur vélo personnel installé sur des rouleaux.  Ils seront interconnectés à distance via un système informatique qui leur permettra de se visualiser sur le parcours et de voir où se trouvent leurs adversaires. Ils accompliront les trente-deux derniers kilomètres, de Renaix à Audenarde et grimperont trois bergs : d’abord le Kruisberg avant le décisif enchaînement Vieux-Quarement-Paterberg. 

13 coureurs au lieu de 175, 8 équipes au lieu de 25, 32 kilomètres au lieu de 260, environ une heure de course au lieu de six… ce sera, disons, différent. Mais intéressant. Faut de grives, on mange des merles. L’initiative a le mérite d’exister. Même si certains coureurs n’ont pas hésité à la critiquer, comme Philippe Gilbert, par exemple, qui a refusé d’y participer.

Phil était notre invité jeudi soir à l’occasion d’un très intéressant " InstaLive ". Et il a été très clair : " Je trouve ça un peu stupide. C’est un monument de 260 km et résumer cette course à 40 km, même si ce n’est que de la pub, je trouve ça un peu stupide. D’autant que les rouleaux ne sont pas vérifiés et ça devient du coup très approximatif. " Philippe Gilbert ne gagnera donc pas (du moins pas tout de suite !) un deuxième Tour des Flandres, même virtuel, après son succès de 2017. Mais il sera très certainement attentif, même de loin, à la mise en pratique de ce nouveau concept. Comme nous d’ailleurs.

Alors, pour bien comprendre à quoi ressemblera cet évènement, nous avons contacté le CEO de Flanders Classics, l’ancien basketteur Tomas Van Den Spiegel

Tomas, comment cette course va-t-elle concrètement se dérouler ?

" On va voir à la télévision treize coureurs professionnels qui vont disputer le Ronde dans un environnement virtuel avec des caméras installées chez eux (NDLR : les coureurs ont tout monté et testé eux-mêmes, confinement oblige). Le réalisateur de l’émission pourra alterner entre les images virtuelles avec les coureurs portant leurs maillots habituels et les images réelles filmées en direct au domicile des cyclistes que l’on découvrira sur leurs home-trainers, en train d’attaquer par exemple. Ils courront les 32 derniers kilomètres du Ronde van Vlaanderen. Ce sera le parcours exact et donc, quand la pente sera de 20%, ils se farciront vraiment une montée à 20% ! Ils ne ressentiront évidemment pas les rebonds des pavés mais par contre, être dans les roues offrira un avantage au coureur protégé qui devra faire moins d’efforts sur son home-trainer ! "

Peut-on imaginer une tactique d’équipe entre les trois coureurs de Deceuninck-Quick Step ou les deux de Lotto-Soudal ?

" Oui mais l’épreuve ne fera que 32 kilomètres et ne durera qu’une quarantaine de minutes. Difficile de développer une vraie tactique dans ce contexte. Je crois qu’il y aura moyen de s’épargner un peu mais je suis certain que ça attaquera dès les premiers moments. Ce sera difficile de contrôler les tentatives d’échappées. "

Coureurs et équipes ont été directement favorables. Et puis, on voulait aussi offrir quelque chose aux supporters du cyclisme qui sont en manque de courses.

On sait que Philippe Gilbert n’était pas très chaud. Comment la plupart des coureurs ont-ils réagi à votre proposition ?

" Il y a beaucoup d’enthousiasme. Les coureurs sont dans le vide pour le moment. Ils s’entraînent mais ne savent pas très bien pourquoi. Et donc, coureurs et équipes ont été directement favorables. Et puis, on voulait aussi offrir quelque chose aux supporters du cyclisme qui sont en manque de courses. Les organisateurs et les équipes prouvent également qu’ils peuvent travailler ensemble dans ces circonstances compliquées. "

Vous avez poussé à fond le " mimétisme " avec le Ronde en confiant le commentaire de la course virtuelle sur Sporza au populaire duo Michel Wuyts-José De Cauwer !

" En Flandre, une course sans Michel et José… ce n’est pas une course ! D’ailleurs, ils ont eux aussi été très enthousiastes. Ils subissent l’absence de courses en ces mois de mars et d’avril. Leur présence apportera encore un peu plus de spectacle car les téléspectateurs sont habitués à les avoir dans les oreilles tout le printemps. "

On offre un produit attractif, nouveau. D’ailleurs, d’ici vingt ou trente ans, le sport aura peut-être évolué dans cette direction. On est donc prêt à innover quand il le faut !

Est-ce que votre " Lockdown Edition " peut vraiment remplacer le " vrai " Ronde dans le cœur des gens ?

" Non, pas du tout évidemment ! Mais une telle initiative donne à tout le monde un peu de courage. Depuis plusieurs semaines, on ne fait que discuter de l’adaptation du calendrier après l’été… Ici, on offre un produit attractif, nouveau. D’ailleurs, d’ici vingt ou trente ans, le sport aura peut-être évolué dans cette direction. On est donc prêt à innover quand il le faut ! "

 

A ne pas louper demain matin sur notre site www.rtbf.be/sport: l’interview de Tim Wellens avant cette première édition du "Ronde2020 : Lockdown Edition ".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK