De la Namibie au Mexique, le trajet de Campenaerts vers le record de l'heure

Victor Campenaerts, 27 ans, va s'attaquer au record du monde de l'heure le 16 avril sur le vélodrome Bicentenario d'Aguascalientes, au Mexique. Le coureur de la formation Lotto Soudal a expliqué lundi qu'il voudrait bien effectuer sa tentative le 16 à 20h00, heures belges (12h00 au Mexique), sauf si les conditions ne sont pas réunies en terme de qualité de l'air notamment. Il reportera alors son essai d'un jour.

Son objectif: faire mieux bien sûr que Bradley Wiggins, qui a battu le record de l'heure au niveau de la mer, à Londres le 7 juin 2015. Le Britannique a parcouru la distance de 54,526 kilomètres. Car c'est en altitude, à 1.800m, que Victor Campenaerts va s'activer au terme d'une préparation poussée et spécifique.

"C'est très difficile d'estimer où j'en suis à l'heure actuelle. Je n'ai pas encore roulé cette saison", a expliqué le Belge qui participera à Tirreno-Adriatico. "Je suis à un bon niveau, mais j'ai encore besoin de rouler. Je vais là-bas avec l'idée de battre ce record. J'ai beaucoup de confiance en moi".

Victor Campenaerts a les moyens de ses ambitions. L'homme a décroché la médaille de bronze du contre-la-montre individuel des championnats du monde à Innsbruck, en Autriche, l'an dernier. Il est aussi double champion d'Europe de la spécialité en 2017 et 2018.

Le champion de Belgique du contre-la-montre (en 2016 et 2018) avait déjà effectué des séances spécifiques l'an dernier et il s'est astreint ensuite à un stage en Namibie, en altitude, où il a pu aussi tester des conditions de grosses chaleurs. A Tirreno-Adriatico du 13 au 19 mars, un contre-la-montre par équipes et un chrono individuel sont au programme.

Le vélodrome d'Aguascalientes est très prisé par les coureurs dans leurs tentatives. Le Danois Martin Toft Madsen en août de l'an dernier et le Néerlandais Dion Beukeboom en juillet dernier y ont effectué des tentatives. L'Italienne Vittoria Bussi y a porté le record féminin en 48,007 km depuis le 14 septembre dernier.

"J'en ai rêvé et maintenant cela devient réalité", a confié encore Campenaerts qui se rendra au Mexique le 27 mars. "J'aurai alors une meilleure idée de ce qui pourrait se passer. J'y avais déjà pensé quand le règlement a changé en 2014 et Jens Voigt a amélioré le record", a commenté encore Victor Campenaerts. "Mais je n'étais pas encore le coureur que je suis à présent. L'an dernier, Dion Beukeboom s'en est rapproché, pourtant il n'a rien gagné. Moi bien. A la Vuelta, Thomas De Gendt m'a encouragé à faire une tentative. Après les Mondiaux, j'ai essayé une demi-heure sur une piste en Autriche, la balle s'est définitivement mise à rouler là-bas."

Victor Campenaerts n'est pas le premier Belge a s'attaquer au mythique record de l'heure. Ferdinand Bracke en 1967 et Eddy Merckx, surtout, en 1972, étaient déjà entrés dans la légende. Depuis 2014, le règlement a été modifié, l'UCI permettant désormais l'utilisation de vélos profilés.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK