Cyclisme : le parcours de Paris-Nice 2021 dévoilé, les coureurs en terrain connu

Paris-Nice, la première grande course par étapes européenne de la saison cycliste, reviendra en mars prochain sur les traces des années passées et rendra hommage aux sinistrés des vallées de la métropole niçoise, balayées par la tempête Alex début octobre.

Le parcours, présenté mercredi à Versailles, gardera sa trame habituelle du 7 au 14 mars, suivant le choix de son directeur François Lemarchand. Avec un contre-la-montre individuel d’une distance limitée à 14,4 kilomètres, le troisième jour à Gien (centre de la France), et une arrivée au sommet à la veille de l’arrivée à La Colmiane (sud-est), dans le calque de la dernière étape de la précédente édition qui avait été raccourcie d’une journée, dans les premiers mois de la pandémie en France. C’est l’Allemand Maximilian Schachmann qui avait remporté cette édition 2020, devant le Belge Tiesj Benoot et le Colombien Sergio Higuita.

"Un besoin d'avoir une animation dans cette difficile période"

Pour nouveauté principale, la 4e étape comportera 3500 mètres de dénivelé et rejoindra les hauteurs de la bourgade viticole de Chiroubles, dans les monts du Beaujolais, après une double ascension du Mont Brouilly.

Par rapport au Covid-19 et son lot de contraintes, François Lemarchand a rappelé la nécessité d’adaptation au contexte sanitaire et renvoyé à la prochaine publication du protocole de l’Union cycliste internationale (UCI).

"La situation est différente de 2020. On sait ce qu’on peut mettre en place, comme on l’a fait au Dauphiné et au Tour. Le cyclisme a fonctionné comme ça l’année passée", a estimé le directeur de Paris-Nice, qui a privilégié pour l’élaboration du parcours 2021 les collectivités avec lesquelles ASO (organisateur de Paris-Nice) a déjà travaillé. "Les villes contactées n’ont pas soulevé de problèmes. Au contraire, comme si l’on ressentait le besoin d’avoir une animation dans cette difficile période".

La Colmiane pour "boucler la boucle"

"Nous avons tenu à retourner à La Colmiane en 2021", a déclaré pour sa part le directeur du Tour de France Christian Prudhomme. "Pour boucler la boucle. Mais aussi et peut-être surtout pour rendre hommage aux populations sinistrées des vallées de la Tinée et de la Vésubie, emportées par les intempéries et les torrents de boue en octobre dernier. Nous n’avons pas pu revenir dès cette année dans la Vésubie. Ce n’est que partie remise".

Dans l’attente des confirmations officielles d’engagement, le détail du plateau reste inconnu. Mais le numéro un mondial, le Slovène Primoz Roglic, a fait part de son intérêt tout comme le champion de France Arnaud Démare qui aura, comme les autres sprinteurs, trois franches opportunités (Saint-Cyr-l’Ecole, Amilly, Bollène).

En revanche, les organisateurs ont annoncé ouvrir leur course à une équipe supplémentaire pour aboutir à un peloton de 23 formations.

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK