Chute de Remco Evenepoel : voilà pourquoi la voiture du jury ne s'est pas arrêtée

Au lendemain de la terrible chute de Remco Evenepoel au Tour de Lombardie, l’émotion a laissé place à l’incompréhension chez certains passionnés de cyclisme. Alors que les nouvelles du phénomène belge sont relativement rassurantes (il devrait revenir en Belgique dans les prochaines 24h), plusieurs voix s’élèvent contre l’attitude des officiels de course qui n’auraient pas prêté secours assez rapidement au coureur de l’équipe Deuceuninck Quick-Step. Dans des images amateurs dévoilées ce dimanche, on peut en effet voir un individu descendre de la voiture du président du jury, déplacer le vélo sur le bord de la route et remonter dans l’automobile pour revenir sur le groupe de tête.

Nous avons demandé à notre consultant Gérard Bulens, aux commentaires de la course samedi, quelle aurait dû être l’attitude de cette voiture. "Il s’agissait vraisemblablement de la voiture avec le président du jury et le rôle du président du jury est de rester directement derrière le groupe de tête. Le fait de repartir immédiatement ne constitue donc pas de faute. Il y a normalement quatre personnes dans cette voiture.

Le président du jury chargé de constater d’éventuelles irrégularités, le conducteur qui est juste chargé de piloter la voiture et deux membres de RCS (l’organisateur) dont le rôle est de transmettre les informations via la radio. Il existe trois canaux pour communiquer : un canal pour communiquer avec la presse et les directeurs sportifs des équipes, un canal pour communiquer avec l’ensemble de l’organisation (signaleurs, etc) et un autre canal interne pour l’aspect sécurité (police, ambulance, etc). C’est sans doute ce dernier qui a été employé pour appeler les secours. Il y a une séparation des rôles bien déterminée dans ce genre de situations."

Notons également que si la voiture s’était immobilisée plus longtemps au milieu de cette route très étroite, cela aurait pu provoquer d’autres chutes de la part des coureurs suivants.

>>> LIRE AUSSI: Brandt sur la descente Muro di Sormano :"Si ça arrive une fois, ça peut-être un hasard, 3-4 fois, il ne faut plus passer par là"

>>> LIRE AUSSI: Keisse : "Remco était touché moralement, il savait qu'il pouvait gagner"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK