Cavendish, vainqueur sur le Tour de Belgique : "Dans la roue de Morkov, même moi je peux gagner"

Mark Cavendish a remporté au sprint la dernière étape du Tour de Belgique. Très heureux, voire même ému lorsqu'il a remercié ses équipiers, le sprinteur britannique a souligné le travail de Michael Morkov qui l'a mené à la victoire mais aussi le plateau de sprinteurs bien fournis sur ce Tour de Belgique : "On avait parlé au début de la semaine. Il y avait plus d’équipes avec de bons sprinteurs que sur n’importe quel grand tour. On avait essayé il y a quelques jours et ça n’avait pas marché donc nous étions déçus. J’étais très fatigué mais Tom Steels est venu avec un plan et les gars ont été incroyable. Je n’ai pas beaucoup eu la possibilité de rouler avec Morkov cette année, il travaille avec Sam (Bennett), et tout le monde sait que si vous êtes derrière Morkov, vous gagnez. Vous voyez des gars venir chez Deceuninck – Quick-Step, ils gagnent, ils partent, ils ne gagnent plus. J’ai eu l’opportunité d’être dans la roue de Morkov et même moi je peux gagner. Le Tour de Belgique a toujours été à mon programme mais Sam voulait le faire donc j’ai été éjecté. Finalement j’ai pu le courir avec Morkov et les autres gars, Ballerini, Stybar, Remco, Yves et Iljo. C’est une équipe fantastique dans laquelle n’importe quel enfant rêverait de courir".

Une réponse emplie de respect et d'humilité d'un Cav très heureux d'avoir pu battre Caleb Ewan : Je suis juste extrêmement heureux. C’est incroyable. C’est aussi super de sprinter contre Caleb (Ewan). J’ai rarement vu un sprint où celui qui était en tête changeait si souvent dans les 200 derniers mètres. Il est le meilleur sprinteur en ce moment. Il est si fort quand il lance de loin et résiste. Et quand je suis finalement passé en tête c’était incroyable. Je suis très heureux de gagner en Belgique avec cette incroyable équipe Deceuninck – Quick-Step".

Une victoire et un regain de forme qui alimentent forcément le débat autour d'une éventuelle participation au Tour de France. Mais pas pour Mark Cavendish que la question a quelque peu irrité : "La raison pour laquelle le Tour de France vient dans toutes les discussions est que vous me posez toujours la question. Je n’ai jamais abordé le Tour de France de moi-même. J’ai gagné sur le Tour de Turquie, les médias ont directement commencé à en parler. C’est la même chose avec le record d’Eddy Merckx, je n’en ai jamais parlé".

On lui signale alors qu’il est en bonne condition et que c'est donc logique de poser la question mais le Britannique ne veut pas se prononcer en faveur d'une participation à la Grande Boucle : "Nous avons le vainqueur du maillot vert l’année dernière avec Sam Bennett. Nous devons d’abord regarder sa forme à lui avant de penser à autre chose".

Une chose est sûre, Mark Cavendish est toujours aussi piquant en interview que rapide sur un vélo.


►►► À lire aussi : Remco Evenepoel, content et altruiste "je ne suis pas le roi, j’ai aidé mon coéquipier"


Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK