Cavendish : "Incroyable d’être de retour au sein du Wolfpack, ça m’avait manqué"

Entre ses larmes de Gand-Wevelgem et son visage lumineux en Espagne, il s’est écoulé trois mois. Le spectre d’une fin de carrière prématurée s’est envolé et la main tendue par Patrick Lefevere a rendu le sourire à Mark Cavendish.

Manxman, actuellement en stage en Espagne avec l’équipe Deceuninck-Quick Step, semble épanoui. "C’est incroyable d’être de retour au sein du Wolfpack. Ça m’avait manqué. J’étais toujours un petit peu jaloux. Je me rappelais des bons souvenirs avec l’équipe. J’ai aussi eu des bons moments dans mes autres équipes, mais il me manquait quelque chose. J’ai toujours été super heureux ici."

Après 5 ans d’absence, Cav retrouve en quelque sorte sa maison et sa famille. "Le staff est pratiquement identique, et même s’il n’y a plus que 5 coureurs avec qui j’ai couru, j’ai le sentiment que l’équipe n’a pas changé. Quand tu débarques dans une nouvelle équipe, tu es toujours un peu nerveux. C’est un peu comme un premier jour d’école, tu te demandes comment tu vas t’intégrer. Mais ce n’était pas le cas ici. J’avais l’impression de déjà faire partie de l’équipe."

L’individualiste sprinter paraît transformé. Avant de parler de victoires, celle qui l’on nourrit pendant des années, il évoque le collectif et le plaisir. "Je veux faire partie d’une équipe qui gagne. Que je passe la ligne en premier, que j’aille chercher les bidons ou qje j’assure le lead-out. Je sais que Deceuninck-Quick Step est une équipe où je peux trouver ma place. Tout le monde donne tout pour la victoire, c’est la philosophie. Le plus important, c’est que je veux m’amuser. Je suis super heureux alors que nous n’avons pas encore commencer les courses. Je sais que je suis sur la fin de ma carrière, je veux en profiter. Et je sais que ce sera difficile de ne pas le faire ici".

Vu son visage, on n’a aucune peine à le croire.
 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK