Cancellara règle les Belges et gagne un 3e Ronde

Fabian Cancellara devance Van Avermaet, Vanmarcke et Vandenbergh
9 images
Fabian Cancellara devance Van Avermaet, Vanmarcke et Vandenbergh - © THIERRY ROGE - BELGA

Fabian Cancellara a remporté la 98e édition du Tour des Flandres. Le Suisse a fait parler sa puissance et son intelligence pour dominer Greg Van Avermaet, Sep Vanmarcke et Stijn Vandenbergh dans un sprint à quatre. Spartacus ajoute un troisième Ronde à son palmarès.

Agé de 33 ans, Cancellara a signé son premier succès de la saison. Il avait pris la deuxième place de Milan-Sanremo, deux semaines plus tôt.
Tom Boonen, qui a coincé dans la dernière ascension de Vieux Quaremont, se classe 7e. Peter Sagan, l'autre grand favori annoncé, termine lui 16e.

De nombreuses chutes (Roelandts, Popovych, Rast et Isaichev notamment) se sont produites sous le ciel nuageux des Flandres. La plus dramatique a concerné en début de course le Belge Johan Vansummeren qui a percuté une spectatrice, laquelle a été transportée à l'hôpital dans un état très grave (coma) avec pronostic vital engagé.

L'échappée de onze coureurs (Phinney, Impey, Broeckx, Kunchynski, Vanlandschoot, Wallays, Zingle, R. Kreder, W. Kreder, Palini, Appollonio) lancée à la fin de la première heure a longtemps ouvert la course.

Les derniers rescapés (Phinney, Impey, Broeckx) n'ont été rejoints que dans le Koppenberg, la 12e des 17 montées au programme. Un groupe de 13 coureurs réunissant l'ensemble des favoris s'est ensuite dégagé à quelque 35 kilomètres de l'arrivée, avant que Van Avermaet, suivi par Vandenbergh, passe à l'attaque au seuil des 30 derniers kilomètres.

En raison de la mésentente dans le groupe des favoris, le peloton s'est reconstitué à 20 kilomètres de l'arrivée, avant la troisième ascension du Quaremont, où Cancellara a forcé l'allure. Le Suisse n'a gardé avec lui que Vanmarcke, comme l'an passé dans Paris-Roubaix.

Van Avermaet, qui n'avait pas été relayé par Vandenbergh, a lâché provisoirement son compagnon dans le dernier mont, le Paterberg, à 13 kilomètres de la ligne. Mais Vandenbergh, installé dans les roues de Cancellara et Vanmarcke, est revenu quelques instants plus tard.

La contre-attaque de Kristoff parti seul puis rejoint par Terpstra s'est avérée vaine. Le quatuor de tête s'est disputé la victoire à Audenarde.

Fabian Cancellara, qui s'était déjà imposé en 2010 et 2013, égale le record des victoires dans ce "monument" du cyclisme. Il rejoint au palmarès Achille Buysse, trois fois vainqueur lui aussi entre 1940 et 1943, l'Italien Fiorenzo Magni (entre 1949 et 1951), les Belges Eric Leman (entre 1970 et 1973), Johan Museeuw (entre 1993 et 1998) et Tom Boonen (entre 2005 et 2012).

Les résultats :

Le film de la course :

16h48 : Cancellara, le plus malin et le plus fort

Stijn Vandenbergh et Greg Van Avermaet, décidément inséparables, tentent encore leur chance dans les trois derniers kilomètres. Sep Vanmarcke cède sous la pression, fait l'effort pour rentrer et ramène Cancellara.

Les quatre hommes vont s'expliquer au sprint. Fabian Cancellara fait jouer toute son expérience. En tête à la flamme rouge, il force ses concurrents à le passer. Le quatuor se jauge, se regarde et fait quasiment du surplace. Finalement, Cancellara lance son sprint en puissance à 300m de la ligne. Les trois Belges ne le remonteront pas.

16h33 : Van Avermaet part seul dans le Paterberg

Van Avermaet lâche Vandenbergh et fait pratiquement jeu égal avec le duo Cancellara-Vanmarcke dans le Paterberg. Le coureur BMC vire en tête au sommet de la dernière difficulté du jour. Il lui reste 13 kilomètres mais sa marge de manœuvre est mince : à peine une dizaine de secondes.

Seul face au vent, l'ancien vainqueur de Paris-Tours ne résiste pas longtemps à ses trois poursuivants. Ils seront quatre à se disputer la victoire à Audernarde.

16h26 : Cancellara réagit et emmène Vanmarcke

Fabian Cancellara met en route dans le dernier passage dans le Vieux Quaremont. La puissance de Spartactus fait très mal. Leukemans est avalé et seul Vanmarcke peut suivre. Boonen, Sagan et tous les autres doivent laisser filer.

Van Avermaet et Vandenbergh conservent une dizaine de secondes d'avance au sommet.

16h15 : Van Avermaet s'échappe avec Vandenbergh

Greg Van Avermaet ne tient pas en place et accélère entre le Taaienberg et le Kruisberg. Vandenbergh saute dans sa roue.

Cancellara, Sagan et Boonen se marquent et les autres tentent d'en profiter et les attaques fusent. Sans faire de vraie différence.

Le duo de tête donne tout ce qu'il a et creuse. Le groupe Boonen-Cancellara-Sagan pointe à 40 secondes. Bjorn Leukemans (Wanty-Groupe Gobert) est intercalé à 20 secondes.

15h55 : Les favoris bougent dans le Taaienberg

Stijn Vandenbergh, Dries Devenyns et Edvald Boasson Hagen se sont isolés en tête. Dans le Taaienberg, Vandenbergh doit laisser partir.

Derrière, Cancellara lance la grande bagarre. Tous les favoris restent dans sa roue. Sagan, Van Avermaet, Degenkolb et quatre ... Omega Pharma-Quick Step (Boonen, Tersptra, Stybar, Vandenbergh).

15h45 : OPQS fait le forcing dans le Koppenberg

Le bloc OPQS passe à l'action dans le terrible Koppenberg. Niki Terpstra et Tom Boonen font la sélection. Peter Sagan, Sep Vanmarcke, Fabian Cancellara, John Degenkolb et Zdenek Stybar suivent. L'échappée matinale est avalée.

 

15h35 : Un trio en tête après le Paterberg

L'enchainement Vieux Quaremont-Paterberg fait très mal. Phinney est clairement le plus costaud du groupe de tête mais Impey et Broeckx s'accrochent. Le rythme s'accélère et les écarts fondent. Pour l'instant les favoris restent au chaud.

Devolder, qui est encore tombé, remonte sur le vélo. Le maillot déchiré et la chair meurtrie, il se faufile dans le Paterberg. Van Avermaet, lui aussi ralenti par une crevaison avant cette côte, est aussi à l'arrière. Il est ensuite ramené par Dillier.

15h04 : Trentin contre dans le Kanarieberg

Alors que le peloton est revenu à deux minutes des échappés, Matteo Trentin part en contre dans le Kanarieberg. Il emmène Bernhard Eisel (Sky) et Manuel Quinziato (BMC). La course tactique est lancée ? Trek et Cannondale vont en tout cas devoir assumer la poursuite.

Le peloton est, une nouvelle fois, secoué par une chute impressionnante. Vladimir Isaichev (Katusha) et Murillo Fischer (FDJ.fr) semblent salement touchés. Jens Debusschere (Lotto-Belisol) est aussi impliqué.

14h35 : Ils ne sont plus que 6 en tête

L'écrémage continue dans le groupe de tête. Sur les pavés du Haaghoek, Phinney, Impey, Zingle, Kuchinski, Broeckx, Vanlandschoot et Wallays comptent 3 minutes de marge sur un peloton ou les chutes se succèdent (Gallopin, Rasch, ...). Dans le Valkenberg, c'est le coureur de Topsport Vlaanderen qui "saute".

13h50 : Boonen impressionne dans le Molenberg

Tom Boonen (OPQS) est le premier favori à sortir de sa coquille. Bien positionné au pied, Tommeke se détache dans le Molenberg. Il ne donne pas l'impression de forcer mais il prend quelques mètres. Il se relève sagement au sommet. Une chose est sûre, les jambes de notre compatriote répondent.

Quelques kilomètres plus loin, Stijn Devolder (Trek) vole dans le bas-côté. Son coude gauche est touché mais il repart. Ce n'est pas le quart d'heure de Trek. Yaroslav Popovych chute lourdement. L'Ukrainien coupe un virage via le trottoir et accroche son guidon dans la veste d'un spectateur. Sa course s'arrête-là.

13h40 : Roelandts éliminé sur chute, Sagan crève

La poisse continue de coller aux basques des coureurs de Lotto-Belisol. Jurgen Roelandts, 3e l'an dernier, est au tapis et peut faire une croix sur ses ambitions. Le 3e de l'an dernier est le 7e coureur de la formation belge à chuter depuis le GP de l'E3. La clavicule semble touchée.

Peter Sagan (Cannondale), ralenti par une crevaison, reprend rapidement sa place dans le peloton.

13h00 : Début des choses sérieuses

Le groupe de tête aborde la première ascension du jour, le Vieux Quaremont. Au sommet de cette côte, les échappés restent groupés et comptent 5 minutes d'avance sur un peloton qui est monté au train. Il reste encore 150 km.

Les bergs (Kortekeer, Eikenberg, Wolvenberg) et les secteurs pavées (Ruiterstraat, Kergate) s'enchainent. L'écart diminue et passe sous les quatre minutes à un peu plus de 120 kilomètres d'Audenarde.

12h16 : Vansummeren tombe et abandonne

Comme depuis le début des Flandriennes, les chutes se succèdent. Johan Vansummeren (Garmin), vainqueur de Paris-Roubaix en 2011, a heurté une spectatrice et a été contraint à l'abandon.

Cannondale, Omega Pharma-Quick Step et surtout Trek assurent le tempo en tête du peloton. Appollonio (Ag2r), victime d'une crevaison, n'a pas réussi à réintégrer l'échappée. Ils sont donc désormais dix en tête.

Ça roule très fort depuis le départ, les coureurs sont sur les bases de l'horaire le plus rapide et d'une arrivée vers 16h16 !

11h28 : 11 hommes devant, Durbridge abandonne

La première échappée sérieuse se dessine après une petite heure de course. Onze coureurs se sont détachés et parmi eux quatre Belges. Jelle Wallays (Topsport Vlaanderen), Stig Broeckx (Lotto-Belisol), qui dispute sur premier Ronde, Romain Zingle (Cofidis) et James Vanlandschoot (Wanty-Groupe Gobert). Ils sont accompagnés de Taylor Phinney (BMC), Daryl Impey (Orica), Wesley Kreder (Wanty-Groupe Gobert), Raymond Kreder (Garmin), Aliaksandr Kuchynski (Katusha), Davide Appollonio (Ag2r) et Andrea Palini (Lampre).

Aucun des grands favoris (Cancellara, Boonen, Sagan) n'a placé d'équipier devant.
 

Le début de course nerveux a provoqué plusieurs chutes. La principale victime se nomme Luke Durbridge (Orica). L'Australien a été emmené à l'hôpital. Il souffre d'une commotion cérébrale mais aucune fracture n'a été décelée.

Sep Vanmarcke et Maarten Wynants (Belkin) ont également été impliqués dans une de ces chutes. "Ils semblent indemnes", selon leur équipe.

Après 58 kilomètres le groupe de 11 compte 4'30 d'avance sur le peloton.

10h33 : Le départ est donné

Le peloton a quitté Bruges pour rejoindre le départ réel. Impatients d'en découdre certains coureurs étaient collés aux pare-chocs des voitures de l'organisation. Et dès que le drapeau s'est abaissé, les premières attaques ont fusé. Pour l'instant personne ne parvient à s'extirper durablement.

9h55 : La grande foule à Bruges

Le Tour des Flandres fait toujours autant recette. Ce matin la Grand Place de Bruges, où sera donné le départ fictif de la 98e édition du Ronde, est noire de monde.

Autre info qui pourrait s'avérer importante, elle concerne la météo : il pleut sur la Venise du Nord. Si la pluie persiste, elle pourrait clairement influencer et durcir la course.

M. Weynants avec Belga

Le parcours :

Les 17 monts :

Vieux Quaremont (109 km), Kortekeer (119 km), Eikenberg (127 km), Wolvenberg (130 km), Molenberg (142 km), Leberg (163 km), Valkenberg (171 km), Kaperij (181 km), Kanarieberg (189 km), Vieux Quaremont (205 km), Paterberg (208 km), Koppenberg (215 km), Steenbeekdries (220 km), Taaienberg (222 km), Kruisberg (233 km), Vieux Quaremont (243 km), Paterberg (246 km)

Les principaux tronçons pavés:

Izegemstraat Heule (km 37, 420 m), Ruiterstraat Mater (km 130, 800 m), Kerkgate Mater (km 133, 2650 m), Holleweg Mater (km 136, 350 m), Borstekouterstraat Roborst (km 146 km, 300 m), Paddestraat Zottegem (km 147, 2300 m), Haaghoek Sint-Kornelis-Horebeke (km 159, 2000 m), Kaperij Schorisse (km 180 km, 450 m), Mariaborrestraat Etikhove (km 219, 2000 m), Oudestraat Renaix (km 230, 450 m)

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK