Bulens: "Très surpris de la résistance de Gilbert"

Il n'aura manqué que 45 secondes à Philippe Gilbert pour pouvoir endosser le maillot jaune au terme de la 7e étape de Paris-Nice qui arrivait au sommet du Col du Turini samedi. Échappé avec un groupe d'une trentaine de coureurs, le Remoucastrien a longtemps été maillot jaune virtuel mais a logiquement perdu du temps dans l'ultime ascension. Il est néanmoins parvenu à gagner quelques places au général pour s'installer en deuxième position.

"J'ai été surpris du fait que l'équipe Sky n'ait pas contrôlé davantage l'étape", s'est étonné notre consultant Gérard Bulens.

"Je suis très très surpris de la résistance de Philippe Gilbert qui prouve qu'il est en grande forme.On ne doit pas être déçu s'il n'a pas pris le maillot jaune ce samedi. Ce n'était pas le leader de son équipe. Ce sont les circonstances qui ont fait qu'il était à l'avant. Je pense qu'il peut sortir très heureux de ce Paris-Nice, surtout s'il garde une place dans les trois premiers, mais aussi car il sortira en pleine forme pour se tourner vers les classiques."

En dehors de Gilbert, ce sont les prestations des grimpeurs colombiens qui sont au centre de l'attention. Les Sud-Américains se sont disputés la victoire avec Daniel Felipe Martinez vainqueur et Miguel Angel Lopez deuxième. Dans le groupe des prétendants à la victoire finale, Egan Bernal a parfaitement géré la situation pour enfiler le maillot jaune tandis que Nairo Quintana et Ivan Sosa s'illustraient également.

On a une nouvelle génération colombienne qui arrive et qui risque de dominer les grands tours dans les prochaines années

"Bernal est indiscutablement un garçon qui a toutes les qualités en main pour devenir un coureur de grands tours",, estime Gérard Bulens. "On le savait dès que Dave Brailsford est allé le chercher chez Androni. C'est un garçon qui a plein de qualités et ce qui est remarquable c'est qu'il n'est pas le seul Colombien. On l'a vu avec le vainqueur du jour Daniel Felipe Martinez mais aussi avec le gros boulot d'Ivan Sosa. On a une nouvelle génération colombienne qui arrive et qui risque de dominer les grands tours dans les prochaines années."

Pour notre consultant, on peut s'attendre à de la bagarre dimanche lors de la dernière étape parsemée de côtes qui emmènera le peloton à Nice. "Il y a encore des écarts réduits. Sur une étape très courte, on devrait avoir encore des tentatives pour aller chercher ce maillot jaune. Dans le final ce samedi, on a vu un très bon Nairo Quintana avec une équipe qui va jouer pleinement sa carte. Peut-il prendre 46 secondes à Bernal? Ça m'étonnerait très fort avec la force de l'équipe Sky mais qui ne tente rien n'a rien."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK