Bulens : "Comment déstabiliser les Sky ? Faire de cette 6ème étape un feu d'artifice"

Simon Yates (Mitchelton) a remporté jeudi la 5e étape de Paris-Nice, un contre-la-montre de 25,5 kilomètres couru autour de Barbentane, près d'Avignon. Le Polonais Michal Kwiatkowski (Sky), troisième de l'étape, a conservé le maillot jaune de leader après l'unique "chrono" de l'épreuve. Le grimpeur colombien Egan Bernal (Sky), sixième de l'étape, est remonté à la deuxième place du classement général, à 19 secondes de son coéquipier.

Gérard Bulens, consultant RTBF, nous donne ses impressions sur l'étape du jour et analyse la suite de ce Paris-Nice.

"Bernal ? Un futur candidat à la victoire de Tours"

Deux classements, celui de l'étape et le général, deux impressions différentes pour Gérard Bulens qui, s'il n'est pas étonné par ce classement général, a par contre été surpris de voir Simon Yates l'emporter ce jeudi au contre-la-montre : "Je m'attendais un peu à ce classement général, Bernal est un excellent coureur et je pense que c’est un futur candidat à la victoire de Tours. Quant au résultat final de ce contre-la-montre et à la victoire de Simon Yates, ça m’étonne un peu plus mais c’est un excellent coureur qui devait remettre les choses au clair après avoir perdu près de 7 minutes lors de la deuxième étape. Je pense, d’ailleurs, que l’on pourrait le voir gagner une étape de plus dans ce Paris-Nice, notamment l’étape de montagne."

"Les Sky vont pouvoir, à nouveau, jouer une double carte"

Après ce contre-la-montre, l'équipe Sky place deux hommes aux deux premières marches du classement général avec Kwiatkowski et Bernal. Un classement qui met à mal les concurrents de l'équipe britannique de ce Paris-Nice: "Les Sky vont pouvoir, et ça devient une habitude pour eux, jouer une double carte. Cela va obliger les équipes qui ont encore des prétentions, soit à se contenter d’une victoire d’étape, soit à déclencher une manœuvre à long terme dès l’étape de vendredi mais ce sera difficile. Et puis avec deux cartes, ils peuvent se permettre d’avoir un ennui avec un des deux coureurs".

Il faut dire que cette domination de l'équipe Sky est loin d’être une surprise. Les grands Tours sont devenus leur spécialité et puis, lors des années précédentes, ils avaient déjà remporté ce Paris-Nice avec Ritchie Porte et Geraint Thomas : "Ils sont présents dans les Tours importants où des épreuves de montagnes et des contres-la-montres sont au programme. C’est une équipe qui s’est spécialisée dans les grands Tours et donc forcément les voir autant présents me parait logique".

Gérard Bulens leur voit, cependant, une petite faiblesse : "Ils sont peut-être un peu moins fort dans le travail d’une seule journée, parce que, selon moi, ils n’utilisent pas toutes leurs qualités." Notre consultant espère d'ailleurs voir "un feu d'artifice" vendredi lors de la sixième étape : "Je vois bien une échappée d’une quinzaine de coureurs, un peu comme lors de la 4ème étape. C’est d’ailleurs la seule possibilité de les faire vraiment travailler et donc de faire basculer ce classement général."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK