Bulens après le GP de l'Escaut : "le futur de Philipsen va être très intéressant"

Jasper Philipsen a remporté ce mercredi le GP de l'Escaut en battant au sprint Sam Bennett et Mark Cavendish. Un résultat probant pour le jeune sprinteur belge qui ne présage que du positif pour le futur pour notre consultant Gérard Bulens "Il a marqué des points, avec une équipe qui l’a très bien emmené, avec deux coureurs. Je pense qu’aujourd’hui, en ayant battu Bennett et Cavendish, on peut le placer à un niveau assez élevé. C’est quelqu’un qui va prendre confiance. N’oublions pas qu’il n’a que 23 ans. Il doit encore grandir au niveau musculaire et au niveau puissance. Je pense qu’il va petit à petit oser se frotter avec les meilleurs, avec Bennett qu’il a battu aujourd’hui et avec Caleb Ewan. Ça devient très intéressant pour son futur."

La troisième place de Mark Cavendish montre également que le Britannique semble aller mieux depuis son retour dans le Wolfpack. "Depuis son arrivée chez Deceuninck – Quick-Step, il a fait deux fois deuxième et il est troisième aujourd’hui. Ces deux dernières années, on ne l'a plus vu. Il s’est montré dans des échappées pour montrer qu’il était encore là. Aujourd’hui, avec de tels résultats, il va partir au tour de Turquie et je ne serais pas étonné qu’il décroche une étape là-bas. Pour moi, il est de retour."


►►► À lire aussi : GP de l’Escaut féminin : Lorena Wiebes remporte la première édition au sprint


Ce retour est peut-être également la cause de la défaite des hommes de Patrick Lefevere. Est-ce qu’on a trop hésité chez Deceuninck – Quick-Step ? Est-ce qu’on aurait gagné si on avait joué uniquement la carte Bennett ? "Je ne sais pas. Il y a peut-être eu l’idée de faire gagner Cavendish aujourd’hui. C’est vrai que dans un sprint massif avec les coureurs qui étaient présents aujourd’hui, ce n’est pas simple. Mais on a très bien manœuvré dans l’équipe de Philipsen avec un Rickaert qui s’écarte du côté des coureurs Deceuninck – Quick-Step et qui oblige Sam Bennett à contourner complètement pour venir essayer de vaincre dans ce sprint. C’était une mission très difficile. Il a été parfaitement emmené et ils ont très bien travaillé dans l’équipe Alpecin – Fenix."

Du côté de Bora - Hansgrohe, par contre, c'est la soupe à la grimace. Avec cinq coureurs dans le groupe de tête et leur sprinteur Pascal Ackermann, ils avaient tout pour réussir une belle performance mais n'ont pas réussi à faire mieux qu'une sixième place : "Je pense qu’ils ne vont pas manger de dessert ce soir. Quand j’ai vu Burghardt repartir en hochant la tête, il doit sûrement se dire ‘mais pourquoi ai-je fait tout ça aujourd’hui ?’. Avec autant d’équipiers devant, avec un Burghardt qui a travaillé seul dans la finale et finir seulement sixième, on est pas loin d’un scandale."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK