Bruyneel, nouveau directeur des Schleck

Johan Bruyneel
Johan Bruyneel - © Belga

Le financier de l'équipe Leopard, Flavio Becca, a expliqué le futur regroupement de sa formation avec RadioShack par des résultats insuffisants et la nécessité de modifier l'encadrement en confiant les clés à Johan Bruyneel.

"Au simple regard des résultats et du déroulement de la saison, on s'est dit qu'il y avait sans doute mieux à faire", a déclaré l'homme d'affaires dans un entretien publié mercredi par le journal luxembourgeois Le Quotidien, avant la fin de la première année d'existence de sa formation créée l'hiver dernier.

"Je me suis posé la question de savoir comment faire pour renforcer l'équipe à tous les niveaux. Au niveau sportif, nous étions bons mais il fallait aussi trouver le bon entourage pour les coureurs. Il y avait des faiblesses", a estimé Flavio Becca.

"Nous avons eu des informations selon lesquelles la société CSE, qui est le détenteur de la licence WorldTour de l'actuelle équipe RadioShack, allait s'arrêter fin 2011. Là, est née l'idée de saisir l'opportunité de convaincre les deux sponsors RadioShack et Nissan, qui eux, voulaient continuer leur engagement dans le domaine du cyclisme", a expliqué l'homme d'affaires.

La future équipe (RadioShack-Nissan-Trek) aura pour leaders les frères Andy et Frank Schleck, respectivement deuxième et troisième du dernier Tour de France, et le Suisse Fabian Cancellara, quadruple champion du monde du contre-la-montre et ancien vainqueur de Paris-Roubaix.

"Depuis longtemps, Johan était intéressé par cette double perspective, celle de diriger à nouveau une équipe très compétitive et celle de diriger les frères Schleck", a insisté Flavio Becca. "On remet un capitaine dans l'avion, un patron qui va réorganiser son effectif".

Le financier a précisé que "les frères Schleck ont soutenu complètement le projet" et que Kim Andersen, le manager sportif, "pourra rester sans problème dans l'équipe".

"Le but de cette nouvelle équipe, a-t-il ajouté, c'est d'avoir de meilleurs résultats que cette année, alors que nous sommes néanmoins parvenus à écrire des morceaux d'histoire".

En 2012, a-t-il poursuivi, "j'aimerais qu'on remporte Paris-Roubaix. Un grand Tour c'est formidable et j'aimerais qu'on le fasse, mais l'ayant vécu de près cette saison, Roubaix, c'est un autre vélo".

Flavio Becca a assuré que son projet se situait sur le "long terme". "Mon idée est qu'un jour, par exemple, Frank Schleck puisse jouer un rôle important dans l'encadrement de Leopard", a-t-il conclu.

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK