Bilan 2020 – Cyclisme féminin : Van der Breggen et Van Vleuten au top, Kopecky prend du galon

Lotte Kopecky, Annemiek Van Vleuten, Anna Van der breggen et Jolien Dhoore ont toutes marqué l'année du cyclisme féminin
3 images
Lotte Kopecky, Annemiek Van Vleuten, Anna Van der breggen et Jolien Dhoore ont toutes marqué l'année du cyclisme féminin - © Belga et AFP

Diffusion télé de toutes les classiques, courses passionnantes et stars au rendez-vous, le cyclisme féminin a connu une année faste malgré la pandémie de Covid-19.

Annemiek Van Vleuten et Anna Van der Breggen, les deux grandes vedettes du peloton, ont dominé la saison. Chacune à leur tour. Elles ont quand même laissé un peu d’espace aux autres pour briller.

Annemiek Van Vleuten, l’intouchable stoppée par une chute

Annemiek Van Vleuten a survolé la reprise. Déjà lauréate du Nieuwsblad en février, la Néerlandaise a été intouchable sur les routes espagnoles en juillet (trois succès en quatre jours !) et aux Strade Bianche (après un numéro phénoménal dans le final). Elle a aussi raflé le titre européen avant de dominer le Giro Rosa… jusqu’à son abandon. Un poignet cassé, le tournant de sa saison. Elle n’atteindra plus le même niveau (même si elle se classera deuxième du mondial) et ne lèvera plus les bras.

Anna Van der Breggen, des titres, un double arc-en-ciel et le Mur

Très solide à la semaine cycliste de Valence, Queen Anna a mis un peu plus de temps à se "remettre" en route. Toujours placée, toujours dans l’ombre de sa compatriote, VDB a retrouvé les joies de la victoire fin août avec un titre national en ligne et un sacre européen contre-la-montre. Les prémices d’un mois de septembre radieux.

Il y a d’abord eu la victoire finale sur le Giro Rosa avant cette semaine parfaite entre Imola et Huy. Auréolée d’un doublé arc-en-ciel, Van der Breggen a prolongé son règne implacable au sommet du Mur. Voilà six ans que personne ne peut rivaliser avec elle sur les pourcentages abrupts du chemin des chapelles. Hors du coup à Liège, au service de son équipe au Ronde, elle n’a pas pu maintenir cet état de forme jusqu’au bout de cette saison intense.

Un conseil profiter bien de son coup de pédale aérien car la retraite approche.

Marianne Vos (CCC-Liv) : Un peu en retrait malgré ses trois étapes au Giro

La légende Marianne Vos roule toujours. Même si les années de sa domination écrasante sont un peu loin, la Néerlandaise est toujours là. A ses 3 étapes sur le Giro, elle a accolé beaucoup de places d’honneur : 6e aux Strade, 2e à la Course By Le Tour, 11e du Giro, 4e des Mondiaux, 9e de la Flèche (son 11e top 10 à Huy) et 4e à Liège.

Chantal Van den Broek-Blaak, deux victoires mais quelles victoires !

Un succès au Samyn, un autre au Ronde. Des victoires aux extrémités de la saison mais à chaque fois en solitaire et pour couronner un joli solo. Dans le Hainaut, elle avait mis fin au suspense avant même la prise d’antenne. A l’automne, elle a patienté un peu plus. Mais personne n’a pu répondre à son démarrage au sommet du Vieux Quaremont. Deux belles satisfactions pour une fille qui a rempli son rôle d’équipière modèle (au même titre qu’Amy Pieters) le reste de la saison au sein d’une impressionnante équipe Boels-Dolmans.

Lizzie Deignan, l’offensive pour dompter la Doyenne

Au milieu des Néerlandaises, une Britannique a fait de la résistance. Attaquante infatigable, Lizzie Deignan a été récompensée de ses efforts. Au GP de Plouay et à la Course by le Tour, la coureuse de Trek-Segafredo a fait parler sa pointe de vitesse. A Liège-Bastogne-Liège, c’est au bout d’un long raid solitaire qu’elle a levé les bras. Partie de loin, elle a résisté au retour de l’Australienne Grace Brown.
 

Lotte Kopecky (Lotto-Soudal) : Un titre déclic et une fin de saison canon

A 25 ans, l’Anversoise a connu la plus belle année de sa carrière. Spécialiste de la piste dotée d’une belle pointe de vitesse, Lotte Kopecky a passé un cap, matérialisé par sa 8e place au classement. Sa palette ses étendues et les bergs ne lui font plus peur. Ce n’est pas un hasard si elle est allée chercher sa première victoire World Tour au bout d’un sprint jugé au sommet d’une bosse sur le Giro. On ne l’a plus arrêté par la suite.

A Anzegem, d’abord, où elle a vaincu sa nervosité et Jolien D’hoore. La plus belle manière de sortir de l’ombre de "sa grande sœur". Après un court détour sur les pistes, Kopecky est revenue en force pour la fin des classiques. Sur ses 8 derniers jours de course, elle n’a pas quitté le Top 4 ! Peu importent les courses (Flèche brabançonne, Wevelgem, Ronde, La Panne) et la concurrence, Lotte a joué place. Avec un tel niveau, il sera clairement l’une des filles à suivre sur les pavés des monts flamands à l’avenir.

Jolien D’hoore (Boels-Dolmans) : une victoire et un regret

La médaillée de bronze de Rio a suivi le même programme que sa jeune compatriote. Avec un peu moins de régularité. Pour son avant-dernière saison, la Gantoise a accroché un bouquet prestigieux au terme d’une superbe Gand-Wevelgem. Elle a aussi coincé au Ronde puis a été déclassée à La Panne pour un sprint jugé incorrect.

Les deux leaders du cyclisme féminin belge auront encore les mêmes objectifs en 2021. Elles uniront surtout leur effort pour tenter de décrocher l’or olympique à Tokyo.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK