Archives: le Blaireau dompte le blizzard de Neige-Bastogne-Neige en 1980

Des températures en dessous de 0 en plein mois d'avril, un vent glacial et une tempête neige dès les premier kilomètres: la 66e édition de Liège-Bastogne-Liège aura tout sauf été classique. Un contexte météo fou qui vaudra à la Doyenne de 1980 le surnom devenu mythique de "Neige Bastogne Neige". 

Au départ, ils étaient 174 coureurs mais seul 80 ont atteint Bastogne et à peine 21 ont traversée l'arrivée au coeur de Liège. Plus de 150 abandons au sein du peloton, du jamais vu sur la Doyenne des Classiques. 

Sportivement, le début de cet enfer blanc aura été animée par le Belge Rudi Pévenage. Parti seul et malgré une crevaison, le Flandrien résiste de nombreux kilomètres au retour des favoris mais une deuxième crevaison dans la Haute Levée met fin à ses espoirs...

Et ouvre la voie à un homme: Bernard Hinault. Le Blaireau dompte le Blizzard et s'échappe à 80 kms de l'arrivée. Une course en solitaire conclue avec plus de neuf minutes d'avance sur le Néerlandais Hennie Kuiper dans une cité ardente qui n'aura jamais aussi mal portée son nom.

Après 1977, Hinault remporte la Doyenne des classiques pour la deuxième et dernière fois de sa carrière. Une victoire qui a failli ne jamais arriver car une nouvelle chute de neige lors du ravitaillement aurait poussé le Français a abandonné comme il l'avait confié au micro de la RTBF à l'issue de la course. En attendant, le Blaireau est allé au jusqu'au bout de l'effort et a failli en perdre ses doigts (les deux majeurs). Victime de gelures, il aura fallu plusieurs semaines à Hinault pour retrouver l'usage de ses doigts et 39 ans plus tard, le Français en souffre encore. Comme quoi, remporter la Doyenne demande un certain don de soi... 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK