Alvaro Hodeg, le vélo pour calmer son hyperactivité

Le sprinteur Fernando Gaviria était un des hommes attendus ce samedi sur Milan-Sanremo. Malheureusement, une chute sur la sixième étape de Tirreno-Adriatico et une fracture de la main ont contraint le coureur de Quick-Step Floors à renoncer à la période des classiques. Ce n'est pas pour autant que la formation de Patrick Lefevere se présentera sans ambition sur le premier monument de la saison puisqu'avec Philippe Gilbert et Julian Alaphilippe, l'équipe belge peut nourrir de grandes ambitions.

Ce vendredi, c'est un autre Colombien qui s'est illustré en levant les bras sur la Handzame Classic (1.HC), la Primavera du Nord. Son nom : Alvaro José Hodeg Chagui. "Ce vendredi, toute l'équipe a roulé pour moi. Mercredi, j'ai roulé pour Fabio Jakobsen qui a remporté la Nokere Koerse. Cette fois-ci, les rôles étaient inversés. Je ne peux pas décrire ma joie de gagner ma première course professionnelle."

Voir un Colombien remporter un sprint massif fait penser directement à Gaviria. D'ailleurs, les deux hommes se connaissent très bien. "C'est un ami à moi. Nous avons beaucoup roulé ensemble quand j'étais dans l'équipe Coldeportes, une Continentale colombienne. Il me guide beaucoup mais je ne suis pas le nouveau Gaviria", déclare-t-il avec une certaine humilité. 

Hodeg est un Colombien né à Monteria, d'origine écossaise de par son père et libanaise de par sa mère. "Mon arrière-grand père a quitte l'Ecosse à l'issue de la seconde guerre mondiale pour tenter le rêve américain tandis que le nom Chagui vient du côté de ma mère.

Hyperactif durant sa jeunesse, le sport était le seul moyen de canaliser son énergie. "Je n'ai pas commencé par le cyclisme. J'ai d'abord essayé le tennis, le football et le volleyball. Le vélo est arrivé par hasard. A la base, ils m'ont donné une bicyclette comme thérapie. Je ne savais pas rester assis, ce qui est paradoxal quand tu commences ce sport. D'ailleurs, au début, je me mettais souvent en danseuse."

Doué et n'ayant peur de rien, le jeune homme a vite été repéré par la fédération nationale qui l'a emmené sur la piste sur laquelle il est devenu champion national juniors du keirin, en vitesse par équipes et du kilomètre en 2014. "John Jaime González est l'homme qui m'a découvert. La piste a été très utile dans mon évolution en tant que sprinteur. Sur des vélos sans frein, tu apprends à te positionner. Si je frotte bien, c'est grâce au temps passé à Medellin au vélodrome national."

En 2015, il a intégré l'équipe colombienne Coldeportes dans laquelle sont passés également Gaviria, Rodrigo Contreras ou encore Sébastian Henao, mais le jeune homme voulait découvrir les courses belges. L'an dernier, il a intégré la modeste équipe Home Solutions-Anmapa pendant deux mois. Inexpérimenté mais n'ayant pas froid aux yeux, il se distingue directement avec une attaque en solitaire sur le Circuit Het Nieuwsblad Espoirs. "En Belgique, tu peux apprendre ce qu'est le vrai cyclisme. L'équipe Home Solution-Anmapa-Soenens était le club idéal pour faire mes classes en toute sérénité. Je pensais que les pavés de Richmond étaient similaires à ceux de la Belgique. Je me suis vite rendu compte que ce n'était pas du tout le cas. Mes mains tremblaient de partout. C'était un sentiment particulier."

C'est durant ce court passage en Belgique qu'il a convaincu son futur directeur sportif Geert Van Bondt, venu le visionner à l'époque sur le Circuit Het Nieuwsblad Espoirs, de le prendre en stage et le voici maintenant dans la cour des grands chez Quick-Step Floors. Un regret ? Ne pas avoir roulé avec Tom Boonen"Même si Fernando Gaviria est un exemple, Tommeke reste ma référence sur les courses pavées. Mon rêve est de remporter Paris-Roubaix. Néanmoins, j'apprends beaucoup au contact des Philippe Gilbert, Yves Lampaert, Zdenek Stybar ou Niki Terpstra. Ils m'expliquent vraiment comment rouler sur ce type de parcours."

A noter qu'Alvaro Hodeg s'envole ce week-end pour l'Espagne pour participer au Tour de Catalogne avant d'enchainer avec le Grand Prix E3 Harelbeke et le Tour de Californie, trois rendez-vous du World Tour. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK