Alison Van Uytvanck espère rebondir à l'US Open : "Avec le Covid-19, je relativise"

Alison Van Uytvanck espère rebondir à l’US Open : "Avec le Covid-19, je relativise"
Alison Van Uytvanck espère rebondir à l’US Open : "Avec le Covid-19, je relativise" - © YORICK JANSENS - BELGA

Alison Van Uytvanck (WTA 58) a longtemps hésité à faire le voyage aux États-Unis en raison de la pandémie de Covid-19. Et si la tournée n’a pas bien commencé, avec une défaite 6-2, 6-3 dimanche dès le premier tour du tournoi WTA sur dur de Cincinnati, à Flushing Meadows, contre la Néerlandaise Arantxa Rus (WTA 72), issue des qualifications, la Grimbergeoise, 26 ans, garde le moral.

"Avec le Covid-19, je relativise", a-t-elle expliqué. "Ce n’est qu’un match de tennis. On peut en faire tout un fromage, mais ce n’est pas utile. Je suis en bonne santé et c’est ce qui me permet de rejouer. Je jouais bien avant l’interruption (NDLR : elle restait sur une demi-finale au tournoi WTA de Lyon, battue 7-6 au troisième set par Sofia Kenin, lauréate de l’Australian Open) et je sais que parfois, après un long break, je rencontre des difficultés à me remettre dans le bain. Je fais le maximum sur le court. Cela se passe très bien à l’entraînement, mais cela ne se traduit simplement pas encore un match".

Alison Van Uytvanck, qui est encore engagée en double au Western & Southern Open avec Kirsten Flipkens, possède en tout cas encore une semaine pour retrouver ses sensations pour l’US Open, la deuxième levée du Grand Chelem de cette année.

"Je joue encore en double, ce qui me permettra d’avoir un match supplémentaire", a-t-elle poursuivi. "Pour le reste, je vais continuer à bien m’entraîner pour réduire mon nombre de fautes et parvenir à mettre plus d’effet dans mes balles. C’est bien d’être ensemble ici avec Greet (NDLR : Minnen, sa petite amie). Et je trouve que les choses sont assez bien organisées ici avec cette fameuse 'bulle'. Seuls les trajets en bus sont longs. On passe parfois 2h30 sur la route sur une journée. C’est un peu pénible. J’espère bien jouer à l’US Open, mais tout ne s’arrête pas après ce tournoi. Il y en a encore d’autres qui suivront et il y aura également d’autres US Open dans les années à venir. Si le déclic ne s’opère pas la semaine prochaine, ce sera la semaine d’après. Je ne vais pas en mourir", a-t-elle conclu.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK