Affaire Lambrecht : L'UCI se défend, Lotto-Soudal lui répond

Affaire Lambrecht : L'UCI se défend, Lotto-Soudal lui répond
Affaire Lambrecht : L'UCI se défend, Lotto-Soudal lui répond - © DIRK WAEM - BELGA

Bjorg Lambrecht a été privé de Tour Down Under en raison d'un problème logistique. Le jeune coureur belge n'a pas été intégré suffisamment tôt au système ADAMS (localisation pour la lutte anti-dopage). Il n'est donc pas en règle.

Lotto-Soudal a défendu son coureur et a estimé qu'il était matériellement impossible pour Bjorg Lambrecht de se mettre en ordre à temps. Selon la version de l'équipe belge, l'UCI a organisé trois réunions d'informations (en français, en anglais et en espagnol) en décembre pour apprendre aux néo-pros à utiliser le système ADAMS. Le lendemain Lambrecht a reçu son identifiant. La "formation" en anglais a eu lieu le 14 décembre, soit 33 jours avant le début du Tour Down Under. Trop tard pour l'autoriser à courir en Australie.

L'UCI a livré sa version de l'affaire. "En informant la fondation anti-dopage du cyclisme seulement le 11 décembre de son intention d'intégrer le néo pro Bjorn Lambrecht pour la saison 2018, Lotto-Soudal avait déjà dépassé la date limite de six semaines pour le Tour Down Under qui était fixé au 5 décembre 2017".

La formation belge n'a pas tardé à réagir via Twitter. "C'est incorrect. Lotto-Soudal a informé et confirmé son line-up pour 2018 à la CADF le 2 novembre et pas le 11 décembre", peut-on lire.

Difficile d'y voir clair dans cette guerre de communiqués, une chose est sûre : Bjorg Lambrecht est victime de la situation et a dû repousser ses débuts chez les pros.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK