A qui s'offrira la capricieuse Primavera?

Peter Sagan, Fernando Gaviria, Arnaud Démare et Greg Van Avermaet
Peter Sagan, Fernando Gaviria, Arnaud Démare et Greg Van Avermaet - © Tous droits réservés

Au moment de dresser la liste des favoris pour Milan San Remo, qui se déroulera samedi, le nom de Peter Sagan est forcément sur toutes les lèvres. Le Slovaque, déjà vainqueur trois fois depuis le début de la saison, a surtout marqué les esprits par la puissance qu’il a dégagée. Le champion du monde a une relation compliquée avec la "primavera", qu’il a déjà terminé quatre fois dans le top 10, sans jamais parvenir à la remporter. L’année dernière il n’a pas pu participer au sprint car il a été gêné par la chute de Fernando Gaviria.

Le Colombien de Quick-Step aura à cœur de prendre sa revanche sur la Via Roma. Alors que la victoire lui semblait promise, il avait ruiné ses chances en touchant la roue arrière de Greg Van Avermaet. Le vainqueur de la sixième étape de Tirreno-Adriatico sera accompagné par Matteo Trentin et Zdenek Stybar, très en vue depuis le début de la saison. Chez les hommes de Patrick Lefévère, on notera également que Julian Alaphilippe découvrira la "classissima" suite à ses excellentes prestations à Paris-Nice.

La classique italienne est souvent promise à des sprinteurs qui "passent bien les bosses". A ce titre Alexander Kristoff, John Degenkolb et Arnaud Démare, les trois derniers vainqueurs sont à citer parmi les prétendants sérieux à la victoire. Le Français de la FDJ, tenant du titre, a particulièrement impressionné lors de sa victoire sur la première étape de Paris-Nice.

Michael Matthews et Nacer Bouhanni font partie de la même catégorie que les trois coureurs précités. L’Australien, troisième de l’édition 2015 n’a toujours pas trouvé le chemin de la victoire cette année. Après un Paris-Nice complètement raté, le coureur de Cofidis, sixième en 2015 et quatrième en 2016 s’est quelque peu rassuré en s’imposant avec autorité sur la Nokere Koerse.

Si la course n’est pas assez sélective, les purs sprinteurs peuvent réussir à tirer leur épingle du jeu. C’est notamment le cas de Mark Cavendish, vainqueur à San Remo en 2009 et qui a déjà levé les bras cette année (au Tour d’Abu Dabi). Sam Benett et Sonny Colbrelli, vainqueurs d’étapes sur Paris-Nice, peuvent également nourrir des ambitions dans une configuration de course accessible.

Les Belges pour succéder à Tchmil

Greg Van Avermaet est sans aucun doute notre compatriote le plus efficace depuis le début de la saison. Le coureur BMC a appris à gagner depuis deux saisons et il sera à surveiller comme le lait sur le feu dans la montée du Poggio. Il a déjà ouvert son compteur cette année, de la plus belle des manières, en remportant le Nieuwsblad devant Peter Sagan. Toutefois Greg Van Avermaet devra se présenter sur la Via Roma seul ou en petit comité s’il veut gagner sa première grosse classique. Difficile quand on connait le caractère capricieux de Milan San Remo, qui ne s’offre que très rarement aux attaquants.

Tiesj Benoot, Tim Wellens et Jan Bakelants font partie des coureurs souvent à l’offensive. Ils tenteront sans doute de dynamiter la course dans la Cipressa ou le Poggio, sans garantie de succès.

Jasper Stuyvens, deuxième à Kuurne, s’est mêlé aux sprints massifs sur Tirreno-Adriatico. Avec sa condition actuelle il pourrait être un candidat crédible au Top 10. Mais il devrait sans doute disputer la "primavera" au service de John Degenkolb.

Jurgen Roelandts, qui avait surpris tout son monde l’année dernière en prenant la troisième place à San Remo, aura les coudées franches en l’absence d’Andre Greipel.

Philippe Gilbert et Tom Boonen, les deux cadors de Quick-Step tenteront de réitérer leurs performances passées sur la "primavera", en dépit du fait que Fernando Gaviria sera le leader de leur formation. Le Wallon a déjà terminé deux fois troisième à San Remo et a montré des signes de sa bonne condition sur Paris-Nice. Tommeke, quant à lui, a terminé troisième en 2007 et deuxième en 2010. Il n’a pas vraiment pu s’exprimer depuis le début de la saison à cause de nombreuses chutes, ce qui ne l’a cependant pas empêché de remporter une étape du Tour de San Luis.

Tom Boonen et consort tenteront de succéder à Andrei Tchmil, dernier vainqueur belge à San Remo en 1999.

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir