À la découverte de Cian Uijtdebroeks : Des courses entre copains à Abolens au contrat chez Bora

Cian Uijtdebroeks n'a que 18 ans (il les fête ce dimanche 28 février), mais son avenir semble déjà tout tracé. En 2022, il passera professionnel au sein de la prestigieuse équipe Bora - hansgrohe, une formation qui a promis de lui laisser le temps d'apprendre le métier et de se développer avec l'ambition de le voir, un jour peut-être, jouer la victoire sur un Grand Tour.

Une perspective extraordinaire pour un jeune homme qui, il y a un an à peine, n'envisageait pas encore de devenir coureur professionnel. D'ailleurs, s'il est un jour monté sur un vélo pour autre chose qu'une promenade, c'est par le plus grand des hasards, car rien ne le prédestinait à tomber amoureux du cyclisme...

"Petit, j’ai fait de l’équitation pendant plus ou moins cinq ans, et ce qui me passionne depuis toujours, c’est l’univers de la ferme, révèle Cian Uijtdebroeks, qui vit à la campagne, dans le petit village d'Abolens (Hannut), depuis son plus jeune âge. C’est peut-être un peu spécial, mais j’ai toujours aimé les tracteurs et aller rouler dans les champs ! Les animaux me passionnent aussi depuis que je suis tout petit : j’allais notamment nourrir les chevaux. Le vélo, ça a commencé quand j'avais 13 ans environ : il y avait quelques coureurs, ici dans le village, qui roulaient à vélo. Ils faisaient déjà de la compétition, mais ils faisaient aussi des petites courses ici dans le village. Un jour, ils m’ont proposé d’aller faire une course avec eux. Cela m’a tellement plu que j’ai décidé de rejoindre leur équipe, le Team Cycliste de Hesbaye, et c’est là que tout a commencé. Mes parents étaient contents que je fasse du sport, mais pour eux, cela pouvait aussi être du foot ou autre chose. Pour eux, les études et les activités culturelles, c’était beaucoup plus important ! J’ai par exemple joué de la guitare pendant plusieurs années. Le vélo, ils me laissaient en faire parce que cela m’amusait. Et au final... me voilà coureur !"

Avec le TCH, Cian Uijtdebroeks découvre l'univers de la course chez les Aspirants avant de rejoindre l'équipe Sprint 2000 Charleroi lorsqu'il monte chez les Débutants (15-16 ans). "Quand j’étais en première année chez les Débutants, je roulais avec des gars plus âgés, et j’étais l’un des seuls jeunes qui réussissaient à les suivre. Mais dans ma tête, je ne me suis jamais dit à l’époque que j’avais le potentiel pour devenir un très bon coureur. L’idée, c’était d’évoluer, d’essayer d’atteindre un bon niveau. Devenir professionnel, j’ai seulement commencé à y penser l’année passée, quand toutes les équipes étaient là pour me proposer de les rejoindre. C’est à ce moment-là que je me suis dit que je n’étais pas si mauvais !"

Car même lorsqu'il rafle tout sur son passage au cours de sa dernière année chez les Aspirants en 2019, devenir professionnel n'est encore qu'un rêve lointain. "Cette année-là, je pense que j’ai remporté mes trois ou quatre premières courses. C’était incroyable : Champion de Belgique, Champion de Wallonie, Champion de la Province de Liège... Et à l’étranger, j’ai gagné le Critérium Européen des Jeunes au Luxembourg, c’est en quelque sorte la plus grande course à étapes pour les Débutants. J’ai remporté tous les maillots, le classement général et une étape. En faire mon métier, cela a évidemment toujours été un rêve, mais à ce moment-là, je ne pensais pas encore à ça. Je ne faisais pas du sport très "sérieusement", je faisais vraiment ça pour m’amuser."

Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2020, le tournant

En 2020, deux jours après avoir fêté ses 17 ans, Cian Uijtdebroeks se présente au départ de sa première course chez les Juniors. Et quelle course : Kuurne-Bruxelles-Kuurne, une Classique !

"J’étais un peu stressé avant le départ, mais dans ma tête, je me disais que j’allais participer à une Classique, que j’y allais pour prendre de l’expérience et pas du tout pour gagner, précise celui qui porte alors pour la première fois les couleurs de l'équipe Acrog-Tormans. C’était ma première course chez les Juniors, et je ne savais pas à quoi m’attendre. Au final, cela s’est très bien passé... et j’ai gagné la course ! Au moment où j’ai franchi la ligne d’arrivée, c’était incroyable. On parlait déjà régulièrement de moi dans la presse régionale, mais quand j’ai gagné Kuurne, on a commencé à parler de moi dans la presse nationale et même internationale. J’ai passé quelque chose comme cinquante kilomètres seul en tête. Mais bon, j’aime bien rouler seul !"

La pandémie de Covid-19 lui impose ensuite une très longue pause et le freine dans son élan. Mais cette performance, ainsi que ses résultats à l'effort, qui circulent dans les hautes sphères du cyclisme, attirent l'attention des plus grandes équipes du peloton professionnel. Et le 16 décembre dernier, sa décision est officialisée : Cian Uijtdebroeks passera pro chez Bora - hansgrohe en 2022 (trois ans de contrat). Et en 2021, pour sa deuxième et dernière année chez les Juniors, il portera le maillot du Team Auto Eder, l'équipe U19 de la formation allemande.

Le jeune Hannutois et ses parents pensent avoir fait le bon choix après des jours et des jours de réflexion... "J’ai parlé avec toutes les équipes, des équipes de très haut niveau. Et c’est moi qui discutais avec eux, je voulais savoir comment je me sentais avec ces gens-là. Beaucoup de coureurs ont un manager, et le manager fait ça pour eux. Mes parents et moi, on a tout fait nous-mêmes. Je voulais absolument fonctionner de la sorte, parce que ce n’est pas le manager qui doit travailler avec l’entraîneur et l’équipe au quotidien. Pour nous, tout était nouveau car mes parents ne viennent pas du tout du monde du cyclisme. On a  donc aussi demandé à d’autres gens ce qu’ils en pensaient. J’avais un très bon contact avec l’entraîneur de chez Bora, Dan Lorang, et c’est lui qui m’entraîne maintenant. Ça collait vraiment bien avec lui, comme avec les autres membres du personnel, Ralph Denk, le manager... Je me sentais très bien avec eux. Au final, j’ai suivi mon feeling, et j’ai choisi Bora."

En janvier, Cian Uijtdebroeks a pu prendre part à différents stages et faire connaissance avec ses futurs coéquipiers du Team Auto Eder et de l'équipe Bora - hansgrohe. Sa première rencontre avec Peter Sagan, ses impressions, ses ambitions (pour 2021 et sa future carrière professionnelle), ses rêves de jaune et d'arc-en-ciel, ses points forts, ses points faibles... Nous vous en parlerons dès lundi, dans un nouvel article consacré à ce grand espoir du cyclisme belge.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK