Roel Moors: "Continuer et tourner le bouton"

Roel Moors, coach d'Anvers.
Roel Moors, coach d'Anvers. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le club de basket d'Anvers dispute ce soir, à Varèse, la 1ère manche de son 1/4 de finale de la FIBA Europe Cup. Le match devait initialement se jouer mercredi soir en Italie. Les attentas sur Bruxelles ont évidemment provoquer le report de la rencontre. Les joueurs d'Anvers étaient à Zaventem pendant l'attaque. Le coach Roel Moors nous explique ce qu'ils ont vécu :"On est arrivé à l'aéroport un peu après 7h. A 7h40 on a quitté le hall d'entrée pour passer la sécurité et rejoindre la porte d'embarquement. Par contre, un journaliste de la télé locale devait nous accompagner. Il avait du retard et lui s'est retrouvé dans le hall pendant les explosions. Nous, on n'a rien entendu mais par contre on a vu l'élan de panique. On a suivi l'évacuation et puis on a attendu, trois ou quatre heures, dehors, dans le froid. On n'a pas tout de suite compris ce qu'il se passait mais une fois qu'on a regardé sur nos téléphones, on a réalisé la gravité des faits. On a rejoint la gare de Zaventem à pied. Et là, le bus de l'équipe est venu nous chercher", raconte Roel Moors.

Anvers a ensuite négocié le report du match avec le club de Varèse et la fédération de basket. Ils ont finalement rejoint l'Italie via Paris. "Evidemment, on a parlé de ça dans le groupe. Nos joueurs américains reçoivent des coups de téléphone de la famille qui est inquiète et en panique. Même le fait qu'on parte de Paris, où il y a également eu des attentats récemment, n'était pas rassurant pour les proches de nos joueurs".

Le contexte est lourd et pesant. Et pourtant, il faut jouer ce 1/4 de finale de Coupe d'Europe. "C'est clair que le basket ou le sport en général n'est pas la priorité dans des jours comme ça. On a fait un travail psychologique. Mais on ne peut pas éviter tout. On ne peut pas faire grand chose. On ne va pas rester dans nos maisons pour le reste de notre vie. Il faut continuer et les joueurs ont tourné le bouton. J'ai dit que le basket n'était pas la priorité du moment. Personne ne peut oublier ce qu'il s'est passé. Mais voilà, on est maintenant à Varèse. Ce soir ça ne compte pas, on va jouer ce match et on verra bien", explique le coach anversois.

Sébastien Bellin est l'une des personnes blessées dans l'attentat de Zaventem. L'ancien basketteur et international belge a été gravement touché à la jambe. "Très vite, avant 9h, mon joueur Jean-Marc Mwema m'a montré la photo d'une victime et il m'a dit : 'ce n'est pas Sébastien Bellin?'. Je me suis dit, ce n'est pas possible. Et oui, c'était bien lui. D'après les dernières nouvelles, il a été opéré pour sauver sa jambe. La chirurgie a bien fonctionné. Maintenant il y aura d'autres opérations pour extraire les résidus de la bombe".                 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK