Ann Wauters : "Emma Meesseman joue des playoffs de niveau mondial"

Ann Wauters a joué 9 saisons en WNBA et a remporté le titre en 2016 avec les Los Angeles Sparks. Cette semaine, elle vit la finale des playoffs comme spectatrice et même supportrice d’Emma Meesseman et Kim Mestdagh, les 2 Belges impliquées avec leur équipe des Washington Mystics. Wauters a vécu le match 4 dans les tribunes de la Mohegan Sun Arena, la salle du Connecticut Sun avec, elle l’admet elle-même, plus de stress que si elle avait été sur le terrain… Les joueuses locales ont égalisé à 2 partout, au bout du suspense. Il y aura donc un match décisif, ce jeudi à Washington.

Ann Wauters, voilà donc une finale qui va se jouer jusqu’au bout, jusqu’à la 5e manche. Qui sont les favorites ?

Il y a eu beaucoup de suspense dans le 4e match… Washington a très mal commencé, mais en 2e mi-temps j’ai vraiment cru qu’elles allaient gagner chez leurs adversaires, dans le Connecticut. Tout s’est finalement joué dans la dernière minute. Un 5e match, quelque part, ce n’est pas si mal non plus : les Mystics peuvent gagner devant leur public, à la maison. Et je pense en plus que Washington est la meilleure équipe, intrinsèquement. Donc elles doivent rester confiantes, moi je pense qu’elles vont gagner jeudi.

Emma Meesseman l’a avoué : il y avait un peu de stress chez les Mystics.

Quand on est à 2-1, on sait qu’on est à 40 minutes d’un titre, et ce serait le premier pour beaucoup de filles. A 2-1, elles étaient peut-être un peu relâchées et au début du match les shoots ne rentraient pas. On a senti qu’elles étaient un peu paniquées, et que le stress a joué, elles ont forcé des actions individuelles au lieu de jouer en équipe, alors que c’est justement leur force, le jeu collectif. Par contre en 2e mi-temps on a vu un tout autre visage de la part de Washington alors si elles peuvent amener ce jeu-là jeudi dès la première mi-temps, il n’y aura pas photo.

L’expérience de l’Euroleague (qu’elle a gagné 3 fois avec Ekaterinburg) peut-elle aider Emma Meesseman à mieux gérer le match décisif ?

Oui, tous les matches difficiles servent d’expérience. Parfois pour du bien, parfois pour tirer des leçons. Elle commence à avoir vraiment beaucoup d’expérience de matches très difficiles et à chaque fois j’ai l’impression que plus le match est important, moins ça a d’impact négatif sur Emma. Je ne l’ai jamais vue vraiment stressée, je ne l’ai jamais vue paniquer, ce que je vois chez d’autres filles.

Jusqu’ici, la Belge fait des playoffs de feu, elle impressionne même les Américains !

C’est clair, elle joue des playoffs de niveau… mondial ! Elle a encore fait la différence en 2e mi-temps dans le match 4, elle a marqué des points importants pour revenir dans le match, et en demi-finale surtout (contre Las Vegas) elle a joué à un niveau extraordinaire. Et elle poursuit en finale : elle fait partie des meilleures joueuses du monde.

Est-ce qu’elle doit mener cette équipe ? Il y a Elena Delle Donne qui joue déjà ce rôle mais Emma doit-elle être aussi une "leader" ?

Oui, pour moi Emma est un leader aussi. Elle parle peut-être un peu moins dans une équipe que certaines autres, mais tout ce qu’elle amène a beaucoup de valeur. Elle est tellement juste dans son jeu, elle joue tellement simple, que parfois on ne se rend pas compte de l’impact qu’elle a sur une équipe. Et pour moi, c’est ça aussi être un leader.

2 joueuses belges en finale du "championnat américain de basket", ça représente quoi ?

C’est vraiment grandiose. Je pense qu’on ne se rend pas encore bien compte, mais c’est vraiment grandiose pour le basket féminin belge. 2 filles de l’équipe nationale en finale avec les Washington Mystics ! J’espère vraiment qu’elles peuvent remporter le titre. Et j’espère surtout que ça va encore donner un boost pour le basket féminin chez nous en Belgique. Et j’espère aussi qu’avec les Cats on aura encore plus de succès grâce à elles aussi et qu’on ira jusqu’aux JO.

Les Mystics vont désormais jouer dans leur salle. Les ambiances en WBNA, c’est important ? Il y a une vraie passion dans le public ?

Oui c’est tout de même fort suivi par les fans. Et puis ce n’est pas uniquement le match qui compte, c’est aussi tout le show qu’il y a autour, et sur ça les Américains sont quand même assez forts. On ne vient pas juste voir un match de basket, c’est vraiment toute une soirée. On peut manger, on regarde les petits shows aux quart-temps… C’est un peu différent en Europe, où j’ai déjà joué dans des salles avec une ambiance très chaude, où les supporters sont même un peu plus près du terrain. Mais ici c’est vrai qu’en quantité, il y a plus de monde qu’en Europe.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK