Route du Rhum : Pour Jonas Gerckens, "rien n'est terminé"

Jonas Gerckens est arrivé ce vendredi matin au port de Cascais. Le skipper liégeois y effectue une escale suite à un problème technique. De quoi le décourager ? Pas le moins du monde. Ce contre-temps n’est qu’un obstacle de plus à affronter pour cet aventurier des flots.

Tout semblait pourtant bien commencer pour les participants à la Route du Rhum. Parti sous des conditions idéales du port de Saint-Malo dimanche dernier, avec un seul objectif en tête : rejoindre Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. Ils ont pourtant rapidement déchanté. "Trois grosses tempêtes se sont enchaînées en trois jours. Le vent était très intense, avec des rafales allant jusqu’à près de 100 km/h. La mer était très compliquée, avec des creux de 6 à 8 mètres. C’était loin d’être facile" raconte Jonas Gerckens au micro de Soir première.

Des conditions qui ont causé beaucoup de casse. Certains concurrents ont même été contraints de renoncer à poursuivre la régate. Le skipper belge lui, doit faire face à des problèmes techniques, d’où cette escale dans le port portugais. "C’est un problème d’énergie. Je n’arrivais plus à charger mes batteries" explique Jonas Gerckens. Or les batteries sur un bateau et dans ce type de course, sont indispensables : elles servent pour l’électricité bien sûr, pour la navigation, mais surtout elles permettent le fonctionnement du pilote automatique. "Le pilote automatique me permet d’aller me reposer 20, 30 min de temps en temps, ou de pouvoir faire autre chose comme vérifier la météo, les cartes, etc. Sur un bateau, c’est indispensable d’avoir une énergie stable" précise-t-il.

S’arrêter pour mieux repartir

Pas de quoi faire abandonner le skipper, qui reste confiant. "Toute mon équipe technique était déjà là avant-même mon arrivée au port. Cela fait quelques heures que nous sommes affairés à remplacer le matériel. Le bateau a quand même souffert pendant ces tempêtes donc nous avons fait un check complet. Il y a donc quelques points à réviser avant de repartir serein" dit-il. Repartir serein, et le plus rapidement possible tout de même. Jonas Gerckens espère lever l’ancre dès ce vendredi soir, si les conditions météorologiques le permettent. Pour lui, l’aventure est loin d’être terminée : "La course est costaude, donc l’ambition sportive est un peu revue évidemment. Pour le classement, on fera le bilan à la fin de la course. Le premier objectif reste le même : réussir la traversée de l’Atlantique et finir ma première Route du Rhum."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK