La Belgique décroche l'argent à l'Euro de course au large en double mixte avec Faguet et Gerckens

Depuis ce matin, Jonas Gerckens est Vice-Champion d’Europe de course au large en double mixte avec la Française Sophie Faguet. Il s’agissait de la première édition d’un championnat d’Europe de la spécialité, il se déroulait à Trieste, en Italie. Pour notre skipper c’est le début d’une aventure prometteuse, mais un projet qu’il préparait depuis quelque temps déjà.

On l’avait quitté marin solitaire dans des traversées au grand large, on le retrouve en double mixte pour des courses de 3-4 jours près des côtes. Jonas Gerckens aurait-il changé de carrière ?

"Pas du tout ! Je reste investi dans mes projets en Classe 40, notamment la Transat Jacques Vabre 2021 et la Route du Rhum 2022, mais ici, ce projet en double mixte est trop prometteur, je ne voulais pas passer à côté."

Tout part de la volonté du CIO de promouvoir le sport féminin et de l’idée de la Fédération mondiale de voile d’inclure (enfin, diront les marins) la course au large (minimum 3-4 jours) dans le programme olympique de Paris 2024. Une seule épreuve, en double, et mixte.

"Pour moi comme pour tout sportif de haut niveau, participer aux Jeux est le rêve absolu. Je veux qualifier la Belgique pour 2024, et quand on y sera, pourquoi pas rêver d’une médaille ? !"

D’où l’idée de la Fédération européenne d’organiser un 1er Championnat d’Europe, à Venise. La particularité, c’est la "monotypie" : tous les bateaux sont les mêmes (L30, monocoque de 30 pieds), ils appartiennent à l’organisation et sont tirés au sort par les concurrents quelques jours avant la course.

"C’est assez génial, parce qu’avec la monotypie, on part tous sur un strict pied d’égalité, et seules les performances de chaque couple feront la différence. En plus, des nations très fortes comme la France ne peuvent inscrire qu’un seul bateau. Comme la Belgique !"

Pour le moment, c’est l’Adeps qui porte et finance le projet. Tout en rémunérant Jonas en tant que Sportif de haut niveau, elle se montre enthousiaste vis-à-vis de cette nouvelle épreuve bientôt olympique. De son côté, le Liégeois envisage d’acheter un L30 et de s’entraîner régulièrement avec Sophie.

Sophie ? Quelle Sophie ?

Sophie Faguet, navigatrice française (Normandie), spécialiste en "match race" et en "Figaro". Elle sera la partenaire de Jonas pour ce projet de double mixte.

"Parmi les quelques candidates, son CV était de loin le meilleur. Après, le plus important était de savoir si le courant passerait, si on allait bien s’entendre. Sur un bateau, après quelques heures, et surtout plusieurs jours de course, avec la fatigue, le stress, l’inconfort, l’importance de prendre des décisions rapides, etc.on peut très vite en arriver à des tensions très grandes. Nous, en participant à une course, on a vite senti que ça collerait, et qu’on allait être très complémentaires. Et pour moi qui suis habitué à la solitude et au silence, le double, c’est une sacrée différence, d’autant que Sophie, elle, parle beaucoup, notamment parce qu’elle se parle à elle-même, tout haut. Grâce à notre coach Benoit, je découvre des choses intéressantes, par exemple que si j’exprime mes sensations, idées, impressions, ça aide Sophie à affiner les siennes et à être plus performante."

Après le Championnat d’Europe, il y aura le Mondial, et si tout va bien, Les Jeux olympiques. Visiblement, Jonas Gerckens n’est pas à court de projet, il continue à bien mener sa barque…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK