Gerckens : "Hâte de retrouver mes enfants et de boire un bon rhum"

Depuis 2 jours et pour la première fois depuis le départ il y a 3 semaines, Jonas Gerckens profite pleinement de sa passion pour la course au large.

"Mentalement je vais plutôt bien : depuis quelques heures on a de la glisse, vent arrière, j’ai pu remettre un spi : plus petit que le grand mais ça avance. Je suis content de ma course, même si les conditions ont été excessivement dures et que les avaries subies m’ont considérablement retardé"

Il y a 5 jours, le safran gauche a été gravement endommagé. Cette pièce, à l’arrière du bateau, permet de le diriger lorsqu’elle est dans l’eau. Deux nuits plus tard, c’est le grand spi qui s’est déchiré, occasionnant d’autres dégâts à l’ avant du Volvo 104.

"J’y ai laissé énormément d’énergie et d’émotions, parce que j’aurais pu tomber à l’eau avec lui. Après, mes réparations m’ont coûté du temps et de l’influx, beaucoup même ! Maintenant, j’ai opéré des réparations de fortune, ça me permet d’utiliser le petit spi, c’est mieux que rien, j’avance bien parce que depuis 2 jours je navigue sur le safran tribord, le bon".

Pour le moment le skipper liégeois limite la casse, il s’accroche à la 15e place, lui qui rêvait de la 14e.

"La meilleure performance belge en Classe 40, c’est une 15e place, en 2014, par Michel Kleinjans. Mais avec mes problèmes de safran, il y a peu de chances que je rattrape le 14e bateau".

La dernière grosse difficulté, ce sera le tour de l’île. Avec un safran bâbord cassé, Gerckens devra beaucoup manœuvrer, alors qu’il est physiquement au bout du rouleau.

"Faut se battre, hein, faut rien lâcher, mais c’est un peu dur, c’est vrai. J’ai hâte de retrouver mes enfants, mes amis, et de boire un bon rhum, mais dans les dernières heures de course, il faut se méfier de ne pas relâcher la vigilance, c’est comme ça que l’accident se produit".

Difficile d’estimer l’heure et même le jour d’arrivée de Gerckens, cela dépendra des vents autour de la Guadeloupe.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK