Finale de la Prada Cup : l'Italie prend le large dans cette course spectaculaire (vidéo)

La finale de la Prada Cup se déroule en ce moment à Auckland en Nouvelle-Zélande. Cette compétition toujours très spectaculaire a pour but de déterminer l’équipe challenger de la très célèbre America Cup. La Prada Cup a débuté à la mi-janvier, et devrait bientôt se terminer, mais les prochaines manches seront perturbées par le nouveau confinement décidé à Auckland. Alors que l’Italie est largement en tête de cette finale.

Italie vs Grande-Bretagne

Les Italiens de Luna Rossa ont pris le large, dimanche, en remportant deux nouvelles manches face à des Britanniques désormais menés 4-0 dans la finale de la Prada Cup, dont le vainqueur affrontera Team New Zealand lors de la Coupe de l’America.


►►► À lire aussi : du Canal de Bruxelles à la Coupe de l’America, le parcours étonnant de Julien Pilate


Fort de ses deux victoires dans le petit air samedi, Luna Rossa Prada Pirelli a enfoncé le clou dimanche en s’adjugeant les manches N.3 et N.4 dans des conditions plus sportives, profitant à plein des erreurs d’Ineos Team UK.

L’incertitude plane cependant sur le calendrier de cette finale, car les deux prochaines manches qui étaient programmées mercredi ont été reportées du fait du confinement de trois jours qui vient d’être ordonné à Auckland, et ce afin de lutter contre un foyer de contamination au Covid-19 apparu ce week-end.

"Les prochaines courses prévues mercredi sont reportées", a annoncé dimanche soir l’organisation dans un communiqué, en précisant qu’une réunion aurait lieu dans les prochains jours avec les autorités pour étudier les implications de ce report.

Les deux régates dominicales, elles, ont partagé un même scénario : un meilleur départ des Italiens et des Britanniques incapables de combler leur retard.

Luna Rossa n’a cessé de contrôler Ineos, répondant du tac au tac à toutes les manœuvres du bateau britannique pour inverser la donne.

"Tout l’enjeu aujourd’hui était de partir devant, ce que nous avons très bien fait, et il n’y avait plus qu’à les empêcher de se relever", a raconté le barreur australien de Luna Rossa, Jimmy Spithill.

"Les gars aux moulins à café ont fait un travail extraordinaire, répondant à chaque virement de bord par un virement, et nous avons creusé l’écart à chaque fois", a-t-il ajouté, en référence aux colonnes de winchs que les équipiers font tourner presque en permanence sur ces monocoques de 75 pieds (23 mètres).

C’est au meilleur des 13 manches que se joue cette finale de la Prada Cup, ce qui veut dire que Luna Rossa n’est plus qu’à trois victoires de gagner le droit de défier Emirates Team New Zealand lors de la 36e Coupe de l’America, du 6 au 21 mars.

Frayeur et dépit

"Nous sommes super heureux pour l’équipe et pour l’Italie", a déclaré le co-barreur de Luna Rossa Francesco Bruni.

Un enthousiasme qui contrastait avec le dépit du skipper d’Ineos Ben Ainslie.

"C’était une journée difficile et nous ne sommes pas contents, a déclaré le quadruple champion olympique. On peut naviguer beaucoup mieux et on doit le faire."

"On leur a donné les deux manches avant la ligne de départ. A ce niveau, on ne peut pas se permettre de faire d’erreurs et nous en avons fait beaucoup trop", a estimé Ainslie.

Le défi britannique s’est même fait une grosse frayeur à une minute du départ de la manche N.4 quand son voilier Britannia s’est envolé en sortie d’un empannage (changement de bord par vent arrière) un peu trop agressif.

L’AC-75 est retombé lourdement dans l’eau, un brutal coup de frein qui a permis à Luna Rossa d’asseoir son contrôle de la manche.

Les Italiens ont coupé la ligne d’arrivée avec 13 secondes d’avance lors de la manche N.3, puis 41 secondes lors de la manche N.4.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK