Emma Plasschaert : "Quand je navigue, je suis heureuse... C'est indescriptible"

L'information a un peu été éclipsée par les Championnats Européens de Berlin et de Glasgow, mais vendredi dernier, une Belge est devenue championne du monde de voile, et c'est une première. Au Danemark, Emma Plasschaert a gagné le titre dans la catégorie Laser Radial.

Elle est maintenant rentrée au pays, des étoiles plein les yeux, et une médaille d'or autour du cou. "Maintenant, je commence à réaliser un petit peu. C'était surréaliste. C'était tellement énorme, que je n'ai pas compris tout de suite. Maintenant, ça y est. J'aime beaucoup le fait que des gens viennent me féliciter, c'est très chouette. Mais je ne pense pas que ma vie va changer. Ce ne ne sont pas les Jeux Olympiques... Je garde les pieds sur terre, et c'est très important, pour ce qui m'attend."

Même la très populaire (et très titrée) Evi Van Acker, médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de Londres, n'a jamais réussi à gagner le titre de championne du monde. Elle avait pris une médaille d'argent, en 2011, et une autre l'année dernière. Quand Evi Van Acker était au sommet, on "oubliait" de parler de la jeune Emma Plasschaert, qui concourait déjà, dans la même catégorie.  "C'est normal. Quand on a une fille aussi grande et impressionnante qu'elle, on oublie forcément un peu les autres. Personne ne s'intéresse à une dixième place si on a quelqu'un d'autre qui gagne."

Quand elle était dans l'ombre, Emma Plasschaert pouvait "grandir" à son rythme. C'était finalement une très bonne chose.  "J'ai beaucoup progressé, pendant des années, quand je m'entraînais avec Evi.  C'était très bon pour moi."

En septembre dernier, Evi Van Acker annonçait sa retraite sportive. A peine dix mois plus tard, la relève est au sommet de la voile mondiale. "C'est une coïncidence. Mais quand Evi est partie, j'ai eu la sensation que quelqu'un d'autre devait naviguer pour la médaille. Et je voulais être la personne qui allait faire les meilleurs résultats possibles pour la Belgique."

C'est bien parti, et le meilleur est sans doute à venir. La Belge a maintenant les Jeux Olympiques de Tokyo en point de mire. La voile est le premier sport à avoir distribué des places qualificatives pour les Jeux de 2020. A des pays, pas à des athlètes. La Belgique a donc gagné un ticket olympique dans la catégorie Laser Radial. Inutile de dire que, sauf gros soucis, on sait déjà qui en héritera...

Emma Plasschaert est née à Ostende, il y a 24 ans. Pas besoin de chercher plus loin l'origine de sa passion pour la voile. "Quand j'étais petite, j'allais beaucoup à la plage. Puis j'ai commencé la voile. J'aime la mer, le vent, les vagues. Quand je navigue, je suis heureuse, je fais ce que j'aime. C'est indescriptible..."

Elle aime la compétition, aussi.  Vouloir être la numéro un, c'est dans son caractère. "Mais je ne veux pas ne penser qu'à ça. Dans quelques années, je voudrais fonder une famille. Et maintenant, j'ai mes études". Des études de géomatique. C'est la collecte, le traitement, et la diffusion de données géographiques par des moyens technologiques.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK