Emma Plasschaert championne du monde de voile en Laser Radial

Emma Plasschaert est devenue championne du monde de voile en Laser Radial pour la première fois de sa carrière vendredi à Aarhus au Danemark.

Emma Plasschaert, qui possédait 11 points sur la Néerlandaise Marrit Bouwmeester, championne du monde en titre et championne olympique à Rio, avant la course aux médailles (qui rassemble les dix premières et où les points sont doublés) vendredi a assuré une place suffisante (la 5e juste derrière Marit Bouwmeester, 4e) dans le top 6 pour être couronnée.

La Néerlandaise est en argent. La Danoise Anne-Marie Rindom, 3e, complète le podium.

La jeune Ostendaise, 24 ans, numéro 1 mondiale, décroche son premier titre majeur dans un grand championnat poursuivant sur la lancée de sa victoire en finale de la Coupe du monde à Marseille le 10 juin dernier.

"J'ai vraiment tout donné et je suis si heureuse, a commenté la Belge sur le bateau lors de la retransmission télévisée. C'est fantastique, c'est ma première grande victoire. C'est fabuleux. J'ai beaucoup travaillé sur la constance cette année et cela m'a bien réussi parce que j'ai fait beaucoup de podium cette saison. Les conditions étaient difficiles (avec beaucoup de vent) pour cette course, j'ai juste pensé à terminer. Il ne fallait pas commencer à lutter avec les autres bateaux, je ne suis pas encore très forte à ce jeu-là, j'ai voulu assurer ma placer."

Emma Plasschaert avait terminé 2e de la manche de Miami en Coupe du monde en janvier et deuxième de la manche japonaise à Gamagori en ouverture en octobre dernier. Elle avait certes gagné deux fois la semaine olympique à Cadiz, compétition de moindre envergure, mais son succès marseillais était alors le plus important de sa carrière.

Ce titre mondial est encore d'une autre envergure et permet à la Belgique d'avoir déjà son billet pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Plasschaert avait terminé 17e des Mondiaux l'an dernier à Medemblik aux Pays-Bas.

Emma Plasschaert prend la digne succession d'Evi Van Acker, qui n'a jamais elle réussi à être championne du monde. La Gantoise, 32 ans, fut vice-championne du monde l'an dernier avant de prendre sa retraite, elle qui fut 4e des Jeux Olympiques de Rio en 2016 et 3e des JO de Londres en 2012.

"Je suis vraiment très heureuse. Je ne réalise pas, s'est réjouit Evi Van Acker. Je suis très fière d'Emma. Elle le mérite vraiment. Avant la course, je lui fait un grand câlin, je lui ai dit d'avoir confiance. Dans ma carrière, je n'ai jamais été championne du monde, cela me laisse un goût amer, mais s'il y a quelqu'un pour qui je suis très heureuse, c'est Emma."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK