Rétro : Il y a 18 ans le Ping Belge battait la grande Chine !

C’est un des exploits belges du début du siècle. Le 23 mars 2002, la Belgique emmenée par Jean-Michel Saive, Philippe Saive et Martin Bratanov battait l’équipe de Chine au grand complet à Ans. Une défaite chinoise qui est restée dans l’histoire de la discipline puisque l’équipe nationale chinoise de Ping n’a plus perdu depuis !

Certes, il s’agissait d’une rencontre amicale mais ce mot n’a pas vraiment de sens quand on joue dans l’équipe nationale de Chine. Là-bas, le Tennis de Table est le sport roi. On y joue partout, tout le monde s’y adonne et cela vous suit toute votre vie. Faire partie de cette équipe est un honneur, une fierté, une responsabilité. D’ailleurs, ce soir-là à Ans-Loncin, c’est l’équipe A de Chine qui est présente. C’est aussi un signe de respect à l’égard des joueurs belges, il faut dire que les frères Saive sont des idoles là-bas aussi. Cette rencontre se dispute dans un climat particulier, elle est la revanche de la finale du dernier mondial d’Osaka.


>>> Retrouvez notre section "Catalogue à la demande" avec les plus grands exploits sportifs belges, et quelques internationaux


 

Tout commence par un choc de titan entre Jean-Mi et le numéro 1 mondial de l’époque, le redoutable Wang Liqin. Le Liégeois va mettre d’emblée la pression sur son adversaire. Les échanges sont spectaculaires et d’un niveau planétaire. Le numéro 1 belge s’impose en 4 sets : 11-3, 11-13, 11-9, 14-12.

Pas facile juste derrière pour Philippe Saive d’affronter Kong Linghui, champion Olympique en titre. La salle est toujours bercée dans l’euphorie de la victoire de Jean-Mi juste avant. Phil a déjà battu le numéro 6 mondial quelques années auparavant. Il ne va pas trembler et va faire preuve d’une maîtrise digne du moment, le score est sans appel : 11-6, 11-8, 11-7. La Belgique mène 2-0, c’est déjà un exploit.

Martin Bratanov s’avance alors à la table pour affronter le numéro 2 mondial Ma Lin. En s’appuyant sur un service malicieux, Martin perturbe le jeu du Chinois. Le coucou de Ma Lin à la salle liégeoise sera de courte durée, nouvelle victoire belge : 14-12, 11-7, 4-11, 12-10.

Ça y est la salle et l’équipe peuvent exulter, même l'énigmatique et talentueux coach des Belges, Mister Wang. 3-0, seulement 2 sets concédés, une qualité de jeu inouïe, la joie est à la hauteur de la performance. La Chine du Ping a perdu le temps d’un soir sa réputation de Muraille imprenable. L’équipe nationale de Ping a écrit une page de l’histoire du sport belge.