Jean-Michel Saive s'engage à ne pas boire d'alcool pendant un mois

Jean-Michel Saive s'engage à ne pas boire d'alcool pendant un mois
Jean-Michel Saive s'engage à ne pas boire d'alcool pendant un mois - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

Ne plus boire d'alcool pendant tout le mois de février, en solo ou en équipe. Tel est le défi proposé par la Fondation contre le cancer. Un défi que s'apprête à relever Jean-Michel Saive. L'inoxydable pongiste, âgé de 47 ans, a accepté d'être le parrain de cette campagne de sensibilisation.

Jean-Michel Saive, durant votre carrière sportive vous avez relevé des nombreux challenges mais ici c'est un défi plutôt inhabituel qui vous attend ?

Jean-Michel Saive : Cela fait trois ans que je suis ambassadeur de la Fondation contre le Cancer. Une fondation très active qui a donc mis sur pied cette nouvelle campagne intitulée "tournée minérale en février". Clairement, il s'agit de ne pas boire une goutte d'alcool durant le mois de février. C'est un nouveau challenge et je vais essayer de le relever. Ce n'est pas si évident que ça, même pour des sportifs. Quant on regarde la quantité d'alcool que nous consommons sans en avoir l'air, c'est assez impressionnant. Donc voilà, je vais essayer de mener à bien ce défi durant tout le mois de février.

Pourquoi relever un tel défi ?

Mais tout simplement parce que nous devons faire attention à notre santé. C'est vrai qu'en temps que sportif, ça fait partie de "notre ADN". Nous devons veiller à être en forme pour les entraînements et les compétitions. Et puis, quand on arrive vers la fin de sa carrière, il faut encore faire plus attention à sa santé, surtout quand on commence à prendre de l'âge. Finalement, on pourrait avoir tendance à se laisser aller pour profiter un peu plus de la vie. Mais profiter de la vie, c'est aussi veiller à protéger son corps en faisant attention à son hygiène afin de préserver au mieux sa santé. Personnellement, j'ai toujours fait attention durant ma carrière internationale mais je constate qu'avec les nombreuses réceptions auxquelles j'assiste maintenant, je bois plus facilement de l'alcool qu'auparavant. Je dois donc rester prudent. Avant je ne buvais pour ainsi dire jamais alors que maintenant j'apprécie de boire un ou plusieurs verres de vin. Je ne suis pas ce qu'on peut appeler un grand buveur mais finalement, en fin de semaine lorsqu'on additionne le nombre de verres consommés, on se rend compte qu'on boit bien plus que ce qu'on ne croyait.

L'alcoolisme est un fléau qui vous touche particulièrement ?

Et bien, comme toutes les maladies. On connaît tous quelqu'un de proche, ami ou famille, qui a été confronté à cette maladie. Et il s'agit bien d'une maladie. Il faut bien l'avouer, on n'est jamais beau à voir quand on a exagéré et franchi la barrière. Donc, c'est vrai que si on peut rester "under control" et boire son petit verre de temps en temps pour se faire plaisir, c'est mieux mais sans dépasser la limite. Ici, c'est un autre challenge : ne rien boire pendant un mois. Ce ne sera pas évident mais je vais essayer d'atteindre cet objectif.

Vous vous êtes bien préparé ?

Non, pas spécialement. Il y a quelques jours (dimanche), je jouais encore un quart de finale de coupe d'Europe. Et puis, je vais encore disputer quelques matches importants avec Auderghem ce mois-ci. Donc, ça semble peut-être plus naturel pour moi que pour d'autres car je suis encore considéré comme un sportif mais j'avoue que c'est loin d'être évident de rester un mois sans boire un verre.

Vous allez relever ce challenge seul ou en équipe avec des amis ?

Au départ, c'est seul mais je vais quand même essayer d'attirer la famille et des groupes d'amis pour que le challenge soit plus facile à relever.

Une telle action peut vraiment être bénéfique ?

Oui, j'en suis convaincu. Déjà rien que mentalement et physiquement, ceux qui vont participer à cette action, en ne buvant pas durant cette période, vont voir les bénéfices fin du mois. Croyez-moi, ils vont être étonnés du résultat.

Dans quelle mesure l'alcool peut nuire à la carrière des sportifs ?

Normalement, les sportifs de haut niveau ne boivent régulièrement de l'alcool. Il y a bien sûr la période juste après les grandes compétitions. Les moments de décompression. Là il peut y avoir des excès ponctuels et c'est vrai que dans ces moments là il faut faire gaffe parce que les bêtises peuvent vite arriver (rires)...

Interview Pierre Capart

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK