Aniol Serrasolses, le kayakiste qui descendait sur la neige

Sa spécialité, c’est le kayak et les chutes d’eau vertigineuses. Aniol Serrasolses est un passionné de sport extrême et la crise sanitaire ne l’a pas empêché de réaliser un projet complètement fou. L’Espagnol a voulu repousser ses limites entre snow kayaking et kayak classique en descendant un volcan chilien enneigé et en réalisant notamment un double kickflip au-dessus d’une chute d’eau, figure qui n’avait jamais été réalisée auparavant.

Le kayakiste espagnol s’est rendu au Chili, au sommet du volcan Villarrica, perché à 2847 mètres. Élancé dans une descente de 25 kilomètres, le long d’un volcan enneigé, et à travers une forêt dense, il a réalisé un double kickflip, avant de se poser sur un lac gelé. Le tout, avec une vitesse qui dépassait parfois les 100 km/h.

J’ai toujours voulu descendre la neige en kayak et unir les quatre éléments que sont la terre, l’air, l’eau et le feu.

"Le but de ce projet, c’était de faire du kayak en dehors de son élément. J’ai toujours voulu descendre la neige en kayak et unir les quatre éléments que sont la terre, l’air, l’eau et le feu. Profitant du grand hiver que le Chili a connu en 2020, et des difficultés à voyager en raison de la situation dans laquelle nous vivons, j’ai décidé que c’était l’année pour développer le projet," a expliqué le kayakiste de 29 ans.

Aniol Serrasolses a réalisé une figure inédite, jamais réussie auparavant : "Ce double kickflip est une double rotation et il a été tenté de nombreuses fois auparavant, mais personne n’a jamais réussi. Cette fois, ça s’est vraiment bien passé. J’ai eu deux rotations à mon premier essai, mais il a fallu beaucoup d’engagement pour le faire de cette hauteur. Si tu n’atterris pas correctement, l’impact sur ton dos est dur… En fait, c’est dur même si tu atterris correctement."

2 images
Aniol Serrasolses a réussi une prouesse mondiale : réaliser un double kickflip. © Nicolas Gantz / Red Bull Content Pool

Allier terre, eau, air et feu

Mais pour réaliser cette séquence, le sportif espagnol a dû s’y prendre à plusieurs reprises, avec parfois de lourdes chutes : "Vous savez, vous jouez, vous jouez et à la fin, parfois on se crashe. A un moment, j’arrivais rapidement et j’ai commencé à tourner de façon incontrôlée, j’ai foncé et j’ai heurté un morceau de glace qui m’a fait voler à plus de 10 mètres en l’air et j’ai atterri sur de la neige vraiment dure. J’ai mis mes mains pour amortir l’impact et je me suis presque cassé le poignet, mais je m’en suis sorti sans blessure et j’ai continué à filmer toute la journée. C’est à ce moment-là que j’ai su qu’il fallait s’assurer que nos répliques étaient réussies et que je n’étais pas équipé pas comme ça parce que la neige fait mal."

L’idée du snow kayaking est apparue en 2002 grâce à des kayakistes autrichiens. Le principe est simple : un kayak, une pagaie, une pente avec de la neige et il n’y a plus qu’à se lancer dans la descente. Depuis, beaucoup de compétitions ont été organisées, notamment par une célèbre marque de boisson énergisante. La plupart des participants sont des kayakistes sur l’eau, comme Aniol Serrasolses, mais la discipline reste ouverte à tout le monde. Notre compatriote Maxime Richard s’est d’ailleurs déjà essayé au snow kayaking il y a quelques années, mais à une plus petite échelle, en descendant le raidillon du circuit de Spa-Francorchamps.

"Le but de ce projet, c’était de faire du kayak en dehors de son élément. J’ai toujours voulu descendre la neige en kayak et unir les quatre éléments que sont la terre, l’air, l’eau et le feu. Profitant du grand hiver que le Chili a connu en 2020, et des difficultés à voyager en raison de la situation dans laquelle nous vivons, j’ai décidé que c’était l’année pour développer le projet," a expliqué le kayakiste de 29 ans.

Aniol Serrasolses a réalisé une figure inédite, jamais réussie auparavant : "Ce double kickflip est une double rotation et il a été tenté de nombreuses fois auparavant, mais personne n’a jamais réussi. Cette fois, ça s’est vraiment bien passé. J’ai eu deux rotations à mon premier essai, mais il a fallu beaucoup d’engagement pour le faire de cette hauteur. Si tu n’atterris pas correctement, l’impact sur ton dos est dur… En fait, c’est dur même si tu atterris correctement."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK