Quatre patineurs belges, dont Bart Swings, s'enferment dans une "bulle d'hygiène" jusqu'à la Saint-Valentin

Quatre patineurs belges, dont Bart Swings, s'enferment dans une "bulle d'hygiène" jusqu'à la Saint-Valentin.
Quatre patineurs belges, dont Bart Swings, s'enferment dans une "bulle d'hygiène" jusqu'à la Saint-Valentin. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Quatre patineurs de vitesse sur glace belges, Bart Swings, Mathias Vosté, Sandrine Tas et Stien Vanhoutte, se sont volontairement enfermés dans ce que l’on appelle une "bulle d’hygiène" pendant plusieurs semaines. "Je ne m’ennuierai pas", a affirmé Tas.

Le quartette participera aux Championnats d’Europe à Heerenveen ce week-end. Les semaines suivantes, deux autres manches de la Coupe du monde et les Mondiaux toutes distances auront lieu à la Thialfhal de Heerenveen, où le public ne sera pas admis. S’ils se qualifient pour les Mondiaux, ils ne pourront pas quitter la bulle avant le 14 février.

Lundi, ils se sont rendus au Van der Valkhotel à Wolvega, l’un des trois hôtels où sont logés les patineurs inscrits et leur entourage. Ils devaient d’abord respecter un isolement de 24 heures avant de passer un test au coronavirus et seulement après avoir pris connaissance du résultat, ils pouvaient se rendre à l’entraînement en bus. Puis, retour à la chambre d’hôtel, plus confortable que d’habitude. Tas, qui est officiellement première réserve mais qui compte bien concourir, a été surprise par une photo Instagram d’elle et de son petit chien sur la table de nuit. Le déjeuner et le dîner peuvent être pris en équipe. "Avec des livres, un jeu en ligne et Netflix, je vais m’occuper", a résumé Tas.

Il y a un an, alors que l’Europe ne se sentait pas encore menacée par le virus, le championnat d’Europe était une affaire russo-néerlandaise. Les Néerlandais ont remporté huit titres, les Russes cinq. Le dernier est allé à la Belgique. Swings a qualifié sa victoire dans l’épreuve de la mass-start (départ groupé) de plus belle performance après l’argent olympique. "Jamais auparavant l’hymne national belge n’avait retenti à la fin d’un grand tournoi international sur longue piste", selon les auteurs de l’ouvrage de référence "Skating Season".

Les années impaires, les championnats d’Europe constituent un quadruple défi pour les sprinters et les coureurs de fond. Sur la base de sa deuxième place en 2017 (derrière Sven Kramer) et de sa troisième place en 2016 (derrière Kramer et son coéquipier actuel Jan Blokhuijsen), Swings est un sérieux concurrent. Toutefois, malgré sa bonne forme et l’absence de Kramer, l’étudiant de Louvain, qui a trente ans cette saison, n’est certainement pas un favori. Les possibilités du Néerlandais Patrick Roest sont certainement plus élevées.

En novembre, Swings fêtait ses dix ans sur la glace, ce qui en faisait de loin le patineur belge le plus expérimenté. Le sprinter Vosté espère de bonnes conditions afin de faire descendre son record personnel sur 500 mètres (35.18) sous les 35 secondes. Vanhoutte, elle a déjà eu le plaisir d’établir un record national cette saison (500 mètres en 39.35) et pense pouvoir encore faire mieux. Tas espère faire réussir ses débuts en tant que patineuse polyvalente.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK