Rugbyman international italien et ambulancier volontaire

Sur le terrain, sa puissance, sa carrure et sa détermination impressionnent. Mais Maxime Mbanda n’a pas peur de monter au combat dans la vie non plus. Ce rugbyman international italien aurait dû affronter l’Angleterre il y a quelques semaines, pour le Tournoi des six nations. Le coronavirus en a décidé autrement. Privé de rugby, Maxime Mbanda a décidé de se rendre utile. Sans diplôme de médecin ou d'infirmier, il a d’abord livré des médicaments et des masques dans les hôpitaux de Parme, avant de devenir brancardier ambulancier volontaire pour la Croix jaune italienne. Dans une région particulièrement touchée par l’épidémie, le rugbyman est donc désormais en contact direct avec les malades, " sur le front, au cœur du problème ", comme il le dit lui-même.

Maxime Mbanda : "Il faut être avec eux pour essayer de leur redonner confiance, parce qu’ils sont transférés d’un service à l’autre, d’un hôpital à l’autre, avec des trajets allant jusqu’à une heure. Et ils ont surement aussi très peu car beaucoup ne comprennent pas ce qu’il se passe actuellement. Alors il faut rester auprès d’eux et les rassurer autant que possible, en leur tenant les mains, ou avec une caresse, en essayant d’être comme un membre de la famille."

Sur le terrain, Maxime n’a peur de rien. Ici, c’est évidemment différent. Côtoyer la maladie tous les jours, ce n’est pas anodin.

"C'est un ennemi invisible, donc chaque fois que vous entrez dans un service de maladies infectieuses, vous savez que l'ennemi est dans l’air et dans les choses que vous pouvez toucher. Mais l'émotion que cela vous procure de contribuer à sauver une personne est indescriptible. Je ne pense donc qu'au but ultime."

Entre Maxime Mbanda le rugbyman et l’ambulancier, difficile de dire qui est le plus impressionnant. Les deux sans doute.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK