Apnée profonde : une histoire dingue qui finit sur un record à 112 m

Arnaud Jérald
Arnaud Jérald - © YANN COATSALIOU - AFP

Un exploit et une aventure rocambolesque: nouvelle star de l'apnée française, Arnaud Jérald s'est propulsé mardi en bi-palmes à 112 mètres de profondeur, signant un record du monde qu'il a chassé durant plusieurs semaines de péripéties.

Une inversion dans le protocole, un membre de l'équipe qui commet un geste disqualificatif, un souci de logistique, un champion russe qui lui dame le pion 24 heures avant: Arnaud Jérald a vécu une aventure pleine de rebondissements avec un 'happy end' à 112 m de profondeur dans les eaux bleues de Kalamata (Grèce).

Le plongeur de 24 ans en rêvait depuis longtemps. Vivre un exploit avec ses amis et les membres du club de légendes de Villefranche-sur-Mer (Alpes-Maritimes), dans l'esprit de ses pairs Guillaume Néry ou Loïc Leferme, qui organisaient leurs records à la maison en l'absence de compétitions.

Début juin, il se lance dans le projet: reprendre le record en bi-palmes poids constant, sa discipline-phare qui consiste à plonger et remonter en battant des deux pieds en alternance et lesté du même nombre de poids le long d'un filin sans le toucher. Le 20 mai 2019, il avait signé son premier record du monde en bi-palmes (108 m), battu en août 2019 par la star russe Alexey Molchanov (110 m).

Ce sera donc 111 m pour Jérald.

"Il a choisi zéro média, zéro sponsor pour ne pas se mettre de pression supplémentaire, il a souhaité le truc le plus minimaliste possible", explique sa compagne et manager Charlotte Benoît.

 

Le sort s'acharne

 

La Fédération internationale AIDA est prévenue et envoie deux juges pour l'homologation, un Polonais et un Serbe, logés et nourris sur la Côte d'Azur aux frais de Jérald du 7 au 17 août.

Le jeune homme, qui a souffert de dyslexie avant d'être transformé par l'apnée découverte à 16 ans, s'entraîne trois fois par semaine. Il réussit deux fois des plongées à 111 m lors des entraînements.

Lundi 10 août. C'est le grand jour. Dans la rade de Villefranche, le Marseillais plonge au petit matin et réussit sans souci à atteindre les 111 mètres. Il refait rapidement surface - sa grande force qu'il doit à des cuisses modelées par des années de VTT - et se lance dans le protocole qui consiste, dans l'ordre, à enlever le pince-nez, faire le signe 'ok' avec la main et dire 'I'm ok'. Mais il ne commence pas par le retrait du pince-nez. Le record est invalidé.

Vendredi 14 août. Le vice-champion du monde 2018 bi-palme y retourne et réussit sa descente abyssale. La tête hors de l'eau, il s'applique aux règles protocolaires quand un membre de l'équipe s'approche de lui et le touche. C'est la disqualification.

Samedi 15 août. Malgré la grosse déception, il s'accroche et se projette sur une troisième et dernière tentative, lundi 17 août. Mais le club, qui gère la logistique, n'a pas envisagé trois tentatives. Il n'y a plus de médecin disponible et la présence est obligatoire. Fin de l'aventure à la maison.

 

Cinq fois à 111 m

 

Cette quête du record aura coûté environ 15.000 euros à Arnaud Jérald, soit "ce que lui donne son sponsor principal" selon Charlotte Benoît.

Jérald a alors écho d'une petite compétition à Kalamata, l'European Cup. Une occasion à ne pas laisser passer, il y aura des juges pour valider son record. Il manque de rater l'avion.

Lundi 14 septembre. Serein, il se prépare à annoncer à l'organisation sa tentative pour mardi après l'avoir réussi dans les eaux chaudes grecques à l'entraînement, soit sa cinquième fois à 111 m. Mais Molchanov vient tout juste de le prendre de vitesse: lundi à Krk (Croatie), il s'octroie le record du monde de 111 mètres lors d'une plongée de 4 minutes 10 secondes.

Arnaud Jérald n'a plus le choix: il doit descendre à 112 m. Ce qu'il n'a encore jamais fait en bi-palmes, une discipline plus rude physiquement que la mono-palme où on ondule pour davantage d'efficacité et de rapidité (le record du monde est à 130 m). En mono-palme, Jérald a atteint les 118 m.

Mardi 15 septembre. A 9h30 heure française, il bascule dans les profondeurs et ressort après 3 min 24 sec pour devenir le nouveau détenteur du record du monde. Jérald peut respirer...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK