Rétro : Ulla Werbrouck première sportive belge championne olympique

Ce jour-là, lorsqu’elle monte sur le tatami d’Atlanta pour affronter la Japonaise Yoko Tanabe en finale des -72 kg, Ulla Werbrouck est seule dans sa bulle, et pourtant portée par tout un pays.

Nous sommes le dimanche 21 juillet, jour de fête nationale. La judoka d’Izegem va entrer dans l’Histoire. La veille, dans la piscine olympique, Fred Debrurghgraeve a offert à notre petit pays la toute 1re médaille olympique de son histoire en natation.

Du noir du jaune et du rouge, déjà, dans nos cœurs.

"Ulla, Ulla, Ulla…". Deux cents compatriotes, la plupart venus d’Izegem et environs, donnent le ton : Werbrouck doit prendre sa revanche. Pas sur son adversaire, mais sur les Jeux. Quatre ans plus tôt, à Barcelone 92 et alors qu’elle pouvait prétendre au podium, elle s’était gravement blessée au genou.

Mais ce coup-ci, la favorite c’est elle ! Elle est triple championne d’Europe en titre, vice-championne du Monde, ses rivales principales (Ylenia Scapin, Diadenis Luna, Tatyana Belyaeva) ont été écartées aux tours précédents, et sa détermination n’a d’égale que sa confiance en elle.

"Hajimé". C’est parti. Après quelques secondes à peine, Werbrouck place une technique ("Tani Otoshi") qui lui rapporte un Yuko. "Elle a déjà pris le dessus psychologiquement et techniquement" s’enthousiasme Robert Van de Walle (meilleur judoka masculin belge de tous les temps), qui me fait l’honneur de commenter ce moment d’histoire avec moi.

Un peu plus tard, la protégée de Jean-Marie Dedecker place son légendaire "Uchi-Mata". Deuxième Yuko, même si les deux-cents fans noir-jaune-rouge réclament Waza-ari. Tanabe résiste, elle n’est pas vice-championne olympique en titre et deux fois vice-championne du Monde pour rien. A six secondes du terme elle tente le tout pour le tout, place une attaque de jambe, Ulla esquive et contre-attaque, la Japonaise retombe sur le dos : "Ippon" !

Robert Van de Walle et moi crions notre bonheur, les supporters belges hurlent leur fierté, et c’est toute la Belgique qui exulte et bombe le torse.

Ulla se relève, brandit un poing vengeur, puis laisse venir les larmes.

Brabançonne, drapeau belge, on ouvre le Grand Livre. 

Car cette médaille d’or est historique : Ulla est la toute première femme belge championne olympique. Avant elle, Ingrid Berghmans (une des meilleures judokas de tous les temps) avait aussi décroché l’or, à Séoul 88, mais le judo y était en démonstration seulement.

Ces Jeux d’Atlanta 96 offriront au judo belge une moisson exceptionnelle : dans la foulée de l’Or glané par Werbrouck, il y aura le Bronze pour Marie-Isabelle Lomba et Harry Van Barneveld, et l’Argent pour Gella Vandecaveye, battue en finale par la Japonaise Emoto.

Rideau sur Atlanta 96, 4 médailles dont une d’Or, le judo fait la fierté de la Belgique.

Un an plus tard, les championnats d’Europe organisés à Ostende consacreront la réussite d’une génération dorée emmenée par Jean-Marie Dedecker. Six médailles d’Or, 3 de Bronze, inoubliable !

Il serait injuste de ne pas associer le nom de Gella Vandecaveye à celui de Werbrouck pour parler de l’âge d’or du judo belge. Le palmarès de la Reine de Zwevegem est bien supérieur à celui de sa voisine d’Izegem : 4 participations olympiques, dont une médaille d’Argent et une de Bronze ; 2 titres mondiaux, 2 médailles d’Argent et une de Bronze ; 7 titres européens, 2 médailles d’Argent et 2 de Bronze. Vertigineux !

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK