Toma Nikiforov : judo, slashs et moussaka

Toma Nikiforov
Toma Nikiforov - © Belga Image - RTBF.be

Les Insta Live RTBF Sport, ce sont des rendez-vous, durant le confinement consécutif au coronavirus, avec des sportives ou sportifs belges. Ce vendredi, c'est le judoka Toma Nikiforov qui s'est prêté au jeu des questions de Sarah Mottard.

Comment c'est le confinement ?

J’arrive à plus ou moins garder la forme. Comme sportif de haut niveau, on est privilégié car certaines infrastructures sont ouvertes pour nous. En plus mon club de judo est juste en face de chez moi, je n’ai qu’à traverser la rue pour m’y rendre. Je m’y entraîne avec mon coach dans une salle vide. On a pris quelques mesures de sécurité et mon frère m’y rejoins de temps en temps. Ca aide d’avoir un frère de 100 kg comme moi et d’un bon niveau. "

Déçu par le report des JO ?Non. J’étais assez serein jusqu’avant le confinement car tout se déroulait normalement mais j’avais besoin de tournois…et ils étaient annulés les uns derrière les autres... je me suis dit ça va être chaud ! Donc pour moi qui sortais de plusieurs opérations coup sur coup (les deux épaules et ligaments croisés) en un an et demi, le report des JO c’est idéal. J’aurais pu combattre mais de là à retrouver mon niveau c’est autre chose. Et puis ça fait 2 ans que je m’entraîne avec des douleurs et ça pèse sur le mental. Donc cette période de calme forcé me permet de faire abstraction du négatif et de penser à toutes les bonnes choses qui m’arriveront après. "

Le péché mignon : la moussaka

Toma doit jongler sans cesse avec son poids. Mais le confinement a amené un certain relâchement bien compréhensible. 

"C'est pas simple. Je mange trop. Je ne cuisine pas du tout….attention, je fais de très bons sandwichs (rires). Mais la moussaka c’est mon péché mignon. Ma copine cuisine super bien, ma maman aussi donc…des moussakas de folie ! J’essaie de stabiliser pour limiter la casse. Avant le confinement, je faisais des régimes. Il me restait 2 kgs à perdre. Puis quand tout s’est arrêté…en 48 h j’ai repris 5-6 kgs."

Tu fais quoi de tes journées ?Je vais t’avouer : j’ai découvert la télé. Je ne la regardais jamais. Ca ne m’intéressait pas. Je préférais passer du temps avec ma famille ou mes potes. Mais bon je me suis créé un compte Netflix. J’ai par exemple regardé Casa de Papel, des reportages sur les sportifs comme " The Last Dance ". J’essaie plus de m’informer que de me divertir"

"Slashs" et natation

Le judo a toujours été ton sport ? "Petit, j’ai fait plein d’autres sports. La natation pendant des années. 50 et 100m libre, j’ai aussi fait du théatre, suivi des cours d’anglais, du tennis… Mais j’étais bon en natation et en judo et quand il a fallu choisir…sans hésiter j’ai viré vers le judo car la natation est très solitaire. Le judo avec le contact mêlé de l’agressivité controlée, ça me plaisait. "

Tu te balades toujours en " slashs " ?  : "Oui, ça crée parfois des soucis quand tu es avec l’équipe olympique et qu’il faut porter le costume, tout le monde est en équipement et toi on te regarde de travers (rires). Mais bon c’est super pratique, même dans la neige, je mets mes slashs."

Un petit défi à venir, il paraît ? "Oui, j’ai dit à Camille Laus que je pouvais la battre sur un 60m. On va organiser ça et je vais gagner."

Quizz "Confiné"

  • Ce que tu vois le plus pendant le confinement : " ma copine "
  • Si le confinement était un bruit ? : " mon voisin fait des travaux. Ca fait ...Brrrrrrrrr... C’est pesant ! "
  • Une chanson ?une chanson bulgare car elle me met de bonne humeur "
  • Un jeu ? La question à ne pas poser. En fait, tous les jours je joue aux dés. Avec mes parents , mon frère, ma copine. Moi, je pourrais jouer toute la journée. Mais pas eux ! "
  • Une odeur ?L’ail. En Bulgarie on fait quelque chose comme le tzatziki. Enormément d’ail… mais ça renforce l’immunité "
  • Une lecture ? "Je lis un magazine français qui s’appelle " L’esprit du judo ". Et puis j’ai deux livres offerts par ma maman. Ca fait 6 mois. Mais souvent à la fin de la première page je m’endors "
  • Première chose que tu feras après le confinement ?Revoir ma famille en Bulgarie. Mes grands-parents, pour pouvoir les toucher, les embrasser et leur montrer que tout va bien. "

Merci Toma.

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK