Rétro : Dirk Van Tichelt, l'Ours de Brecht en bronze

8 août 2016, Carioca Arena, théâtre du tournoi olympique de judo à Rio. 2 jours après la médaille d’or de Greg Van Avermaet, la Belgique a l’opportunité de s’offrir un nouveau podium. Le judoka, Dirk Van Tichelt s’est hissé en "petite finale" dans la catégorie des moins de 73kg. C’est un combat pour la médaille de bronze qui l’attend. Un duel face au Hongrois, Miklos Ungvari. Un adversaire expérimenté, vice-champion olympique en -66 kg, 4 ans plus tôt à Londres.


►►► À lire aussi : Les histoires des médaillés belges aux JO


C’est le troisième jour des Jeux. Depuis 3 jours, avec Yung Gascard, consultant judo pour la RTBF, notre bureau se trouve sur les hauteurs de la tribune des commentateurs. Dernière rangée. De notre position, les tatamis semblent tout petits. A notre gauche, se trouve un confrère de M4 Sport. Un journaliste de la chaîne publique… hongroise. Il est à moins d’un mètre de nous. Une petite vitre en plexiglas nous sépare. On ne peut s’empêcher de sourire et d’échanger un regard avant de duel belgo-hongrois.

Maintenant, il est complet mon palmarès

Quelques mètres plus bas, au cœur de la salle, Dirk Van Tichelt monte sur le tatami. Concentré. Déterminé. Le Belge avance d’un pas décidé dans son kimono bleu. Miklos Ungvari se dresse face à lui. Les 2 hommes se connaissent. Ils se sont déjà affrontés à deux reprises. Egalité parfaite au nombre des confrontations. On ressent une énorme tension. Les 2 judokas bataillent pour imposer leur garde. Un peu moins de 2 minutes après le début du combat, Dirk Van Tichelt emmène le Hongrois au sol. Il trouve l’ouverture en une fraction de seconde. Tentative d’étranglement suivie d’une redoutable clé de bras. Juji-gatame. Un modèle du genre. Le Belge réalise un mouvement plein d’opportunisme. Exécution parfaite. Ippon indiscutable. A 32 ans, l’Anversois remporte la médaille de bronze. Une médaille olympique ! La seule qui manquait à son palmarès. Son cri de joie résonne dans la salle. Dirk Van Tichelt tombe dans les bras de son entraîneur, Robert Krawczyk. Vives émotions. Une véritable consécration.

"J’ai combattu avec mon cœur. C’était la consigne de mon coach" raconte Dirk Van Tichelt. "C’est le plus beau moment de ma carrière. Maintenant, il est complet mon palmarès".

C’est le plus beau moment de ma carrière

"Dirk a prouvé qu’il faisait partie des meilleurs judokas du top mondial" ajoute son coach polonais, Robert Krawczyk. "Il mérite cette médaille. Il a déjà terminé 5ème à Pékin. Après son échec à Londres, c’était le moment de faire un grand résultat".

Pourtant, en arrivant à Rio, Dirk Van Tichelt n’est pas vraiment le judoka belge qui est au centre des attentes. Les espoirs de médaille reposent plutôt sur Charline Van Snick, Joachim Bottieau ou Toma Nikiforov. Tous les trois tête de série dans leur catégorie respective. De son côté, Dirk Van Tichelt est 18ème du ranking olympique. Il vit une saison difficile. 7 tournois, aucune médaille. Son meilleur résultat ? Une 7ème place au Masters de Guadalaraja. Mais, à 32 ans, l’Anversois a l’expérience. Le judoka belge connait la musique. Il participe pour la troisème fois aux Jeux Olympiques. L’Ours de Brecht, comme on le surnomme, est doté d’une force physique impressionnante. Un solide gaillard, fils d’éleveurs de porcs, qui a découvert le judo à l’âge de 7 ans. Champion d’Europe en 2008 et médaillé de bronze aux mondiaux en 2009 et 2013. Ses plus belles années sont derrière lui, mais à Rio, la bonne surprise en judo est venue du bon vieux Dirk.

Entrée en matière expéditive

58 secondes. C’est le temps qu’il a fallu à Dirk Van Tichelt pour se débarrasser de son premier adversaire, Morad Zemouri. Le modeste judoka qatari ne fait pas le poids. Le Belge s’impose grâce à une clé de bras. Ippon après moins d’une minute de combat.

L’exploit face au numéro 1 mondial

En 8èmes de finale, ça se corse ! Dirk Van Tichelt croise la route du numéro 1 mondial. Il est opposé à Chang-Rim An, l’un des favoris de la compétition. Le Sud-Coréen a 10 ans de moins que lui. C’est le dernier vainqueur du tournoi de Paris. Un ancien champion du monde junior que Dirk parvient à mettre au tapis. Après 3 minutes de combat, le Belge contre une attaque du judoka sud-coréen et marque un waza-ari. Un avantage qu’il parvient à conserver pour s’ouvrir le chemin des quarts de finale. Dirk Van Tichelt sort le numéro 1 mondial et crée la sensation dès son deuxième combat.

Dans le dernier carré

Son prochain opposant se nomme Denis Iartcev. Un judoka russe de 25 ans, 9ème du ranking olympique. Dirk gère parfaitement cette confrontation et prend rapidement l’avantage. Le chrono tourne depuis moins d’une minute quand le Belge projette son adversaire au sol. Waza-ari en faveur de l’Anversois qui fait la différence à mi-combat. Un petit balayage lui permet de marquer un yuko qui le propulse en demi-finales face à Shohei Ono.

Battu par Ono, futur champion olympique…

En demi-finales, l’obstacle est trop grand pour Dirk Van Tichelt. Pas de miracle face à Shohei Ono. Le Japonais est LE grand favori dans la catégorie. Et ça se voit sur le tatami… Le combat tourne court. Ono est impitoyable. Le judoka de 24 ans, invaincu depuis 2 ans et double champion du monde bat notre compatriote par ippon. Pas de finale olympique pour Dirk, mais le Belge reste en course pour la médaille de bronze.

Le bronze aux JO comme aux mondiaux de Rio

Un dernier combat. Le 5ème de la journée. Dirk Van Tichelt doit battre Miklos Ungvari pour réaliser son rêve olympique. Décrocher la seule médaille manquante dans un palmarès déjà bien garni. 8 ans après la "petite finale" des JO à Pékin, le Belge se retrouve dans la même situation à Rio. Cette fois, pas question d’échouer au pied du podium. L’Anversois saisit sa chance. Il s’impose par ippon. Une clé de bras fatale au judoka hongrois. C’est la délivrance pour Dirk Van Tichelt, médaillé de bronze à Rio. Cette ville brésilienne qui lui avait déjà réussi 3 ans plus tôt lors des mondiaux.

Une médaille et… un œil au beurre noir

"Une pintje ? Avec mon coach, on a dit qu’on boirait une bière pour chaque combat gagné. La fête sera bien arrosée". Des mots prononcés par Dirk Van Tichelt à la sortie du tatami. 

Une fête bien méritée. Après la victoire et le podium, place à la fiesta ! Le fantasque judoka sort en compagnie de Matthias Casse, mais la soirée tourne mal… Son sparring-partner se fait voler son gsm à l’entrée d’un hôtel. Dirk prend un coup au visage en tentant de récupérer le téléphone. L’Anversois termine ses Jeux avec un œil au beurre noir… Pas de quoi gâcher son immense bonheur. Rio occupera toujours une place particulière dans sa coeur. Pour la médaille, le résultat et les jeunes Cariocas. Souvenir de sa visite dans une école de judo en plein cœur des favelas.

20 ans après Harry Van Barneveld

A Rio, Dirk Van Tichelt a apporté sa pierre à l’édifice bâti par le judo belge sur plusieurs décennies. L’Anversois a gagné la 12ème médaille olympique pour la Belgique en judo. 12 médailles, mais seulement 3 judokas masculins médaillés. Car, depuis 1980 et le titre de Robert Van de Walle à Moscou, ce sont surtout nos athlètes féminines qui ont fait briller le drapeau belge dans les rendez-vous olympiques.

Robert Van de Walle a ouvert le palmarès en devenant champion olympique à Moscou. 8 ans plus tard, à Séoul, l’Ostendais montera à nouveau sur le podium, avec une médaille de bronze autour du cou.

Jusqu’en 2016, toutes les autres médailles avaient été remportées par des femmes (Heidi Rakels, Ulla Werbrouck, Gella Vandecaveye, Marisabelle Lomba, Ann Simons, Ilse Heylen et Charline Van Snick). Toutes à l’exception de celle décrochée par Harry Van Barneveld à Atlanta en 1996. Cette année-là, le grand Harry prend sa revanche et efface la terrible déception des JO de Barcelone. Des Jeux où il avait échoué au pied du podium, battu par le Hongrois, Csosz dans les ultimes secondes du combat. 4 ans plus tard, aux Etats-Unis, Van Barneveld se retrouve à nouveau en position de remporter la médaille de bronze en + 95kg. Et cette fois, le judoka belge s’impose ! Il bat le Chinois, Liu Shenggang sur une clé de bras. 20 ans plus tard, c’est aussi sur une clé de bras que Dirk Van Tichelt s’offre la médaille de bronze à Rio. Van Tichelt devient le 3ème judoka masculin belge à connaitre la gloire olympique.

Et son successeur pourrait être son sparring-partner. Matthias Casse sera l’une de nos meilleures chances de médaille lors des prochains JO. L’Anversois de 23 ans est champion d’Europe, vice-champion du monde, vainqueur du Masters et numéro 1 mondial en -81kg. Rendez-vous donc à Tokyo en… 2021.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK