Judo: Toma Nikiforov et Matthias Casse en rodage aux mondiaux de Budapest

"Je vais tout faire pour gagner, mais il faut penser à ce qui suit. Et ce qui suit, ce n’est pas rien ! Ce sont les Jeux Olympiques".

Des mondiaux à 2 mois des JO, un vrai dilemme pour bon nombre de judokas. Toma Nikiforov ne veut pas snober ces championnats du monde, mais comme son partenaire d’entraînement, Matthias Casse, il a dans le viseur les Jeux olympiques.

Les 2 hommes ont brillé à l’Euro et préparent désormais ces JO. Toma Nikiforov et Matthias Casse sont les deux médaillés belges des derniers championnats d’Europe à Lisbonne. L’or pour le Bruxellois, l’argent pour l’Anversois. Deux judokas qui repartent au combat à l’occasion des mondiaux de Budapest.

"Je pense que 95% des athlètes qui vont participer aux JO seront à ces championnats du monde" se confie le récent champion d’Europe en -100kg. "C’est une des premières fois où il y a un championnat du monde l’année des Jeux. Ce n’est même pas l’année des Jeux, c’est quelques semaines avant. Je pense que l’ambiance sera assez particulière. Il y aura énormément de tension, mais je pense qu’il n’y aura pas de prise de risque".

Zéro risque dans l’optique des JO qui restent l’objectif numéro 1.

"C’est une étape vers les Jeux" explique Matthias Casse. "Mais un championnat du monde, c’est une compétition extraordinaire. Un titre mondial, c’est quelque chose qui reste pour toute ta carrière. Je veux y aller même si je ne suis pas encore au top niveau. Les JO arrivent bientôt. On s’entraîne dur pour être à 100% là-bas".

Un titre mondial, ça reste pour toute ta carrière

Pour certains judokas, c’est le tournoi de la dernière chance. La dernière opportunité de se qualifier. Pour Nikiforov, la qualification est assurée. Le Schaerbeekois n’a perdu que 2 combats cette année. Il s’est relancé dans la course aux Jeux après 2 ans de galère et 3 blessures graves.

"La grosse interruption que j’ai vécue à cause de mes blessures, ça m’a donné une rage de vaincre qui a été décuplée" raconte Toma Nikiforov. "Du coup, j’ai vraiment donné ma vie à chaque combat. J’ai pris chaque combat comme une finale et ça marche bien pour l’instant".

Le Belge aborde ces mondiaux sans pression. Il montera sur le tatami avec le même état d’esprit que lors de l’Euro de Lisbonne.

"Je vais rester dans cette optique-là, m’amuser, prendre énormément de plaisir et ne pas me focaliser sur la victoire" ajoute le judoka bruxellois. "Etre plus libre dans ma tête, car c’est vraiment dans ma tête que je me suis libéré. D’ailleurs, ça s’est senti dans mon judo. Je reste fou, mais un fou contrôlé".

Je me suis libéré. Ça se ressent dans mon judo. Je reste fou, mais un fou contrôlé

Matthias Casse s’est aussi rassuré en décrochant l’argent à l’Euro. Il sera attendu à Budapest. Le numéro 1 mondial est vice-champion du monde en titre dans sa catégorie.

"Quand tu es numéro 1 mondial, tu fais toujours partie des favoris" précise l’Anversois. "Mais, en -81kg, il y a beaucoup de judokas qui peuvent prendre une médaille. ça va être vraiment dur !".

Ces mondiaux seront la dernière étape vers le grand rendez-vous olympique. Un tournoi dans le pays du judo que Toma Nikiforov abordera avec un sentiment de revanche après sa grosse désillusion à Rio.

"J’ai participé et je me suis loupé. Rio fait partie de mon parcours. Quand je parle de Rio, j’ai les nerfs… mais j’irai à Tokyo en prenant seulement le positif de mon expérience à Rio. Je veux faire mieux bien sûr".

1 images
Matthias Casse et Toma Nikiforov, 2 atouts de la délégation belge aux mondiaux de judo à Budapest © belga image
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK