Harmegnies, victime d'un malaise cardiaque : "Je me remets tout doucement"

Benjamin Harmegnies
Benjamin Harmegnies - © ERIC LALMAND - BELGA

Benjamin Harmegnies, victime d'un sérieux malaise cardiaque samedi dernier en Israël, a pu quitter l'hôpital. Le judoka hennuyer devra patienter encore un peu avant de revenir en Belgique. Malgré "le choc", il garde le sourire et le moral.

En tant que sportif de haut niveau, Harmegnies est suivi de près. Il subit régulièrement des tests à l'effort et comme il le dit lui-même "rien ne laissait présager" un tel événement. 

"Ça a commencé un peu après les combats (il a été éliminé au premier tour en +100 kg, ndlr). Je ne me sentais pas trop bien", raconte-t-il à notre micro. "J'ai vu le docteur de l'équipe nationale. Je n'ai pas eu peur sur le moment même si le médecin était assez inquiet. Il a fait ce qu'il fallait et j'ai vraiment eu de la chance qu'il soit là. J'avais vraiment mal mais vous savez en judo parfois on continue à combattre avec un bras cassé. Forcément quand on nous remet les pieds sur terre et qu'on nous explique ce qu'il s'est passé, ça fait un petit choc. On peut dire que je suis passé par le chas de l'aiguille. Mais je suis là et encore pour longtemps j'espère." 

Heureusement, le colosse de Boussu (130 kg) va mieux. "Maintenant, ça va très bien. Je me remets tout doucement", rassure-t-il. "J'ai été super bien accueilli par l'équipe israélienne. ils ont tout mis en place pour que ma convalescence soit la meilleure possible. Je dois attendre encore un petit peu avant de reprendre l'avion à cause de la pression (atmosphérique). Normalement, je devrais bientôt là", glisse-t-il en remerciant tous ceux qui lui ont envoyé des messages de soutien.

Ces dernières années plusieurs sportifs ont été victimes de problèmes cardiaques. Un constat inquiétant. "On se dit que cela n'arrive qu'aux autres. Mais quand cela nous arrive, on voit les choses un peu différemment. Il faut bien prendre soin de soi. Ça peut arriver à tout le monde, je ne souhaite cela à personne. C'est la vie. Il faut savoir saisir la deuxième chance qu'on nous donne et aller de l'avant".

En ce qui concerne la suite de sa carrière, Harmegnies préfère ne pas se prononcer. "Il faut attendre que je rentre en Belgique et que je consulte des spécialistes et je vois ce qu'il en est. L'avenir nous le dira."

Harmegnies, affilié au Crossing Schaerbeek a fêté ses 28 ans, le 2 mai, dans un contexte forcément particulier. Il s'en souviendra. "J'étais content de les fêter, c'est le principal", conclut-il.



 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK