Euro judo: Matthias Casse surmotivé après 3 compétitions sans médaille

Dix ! Dix judokas belges combattront aux championnats d’Europe à Lisbonne. La capitale portugaise accueille l’Euro pour la 2ème fois de son histoire. 13 ans après une édition 2008 marquée par le titre européen de Dirk Van Tichelt. 5 hommes, 5 femmes, mais 3 absents. Jorre Verstraeten (-60kg) qui vient de remporter le Grand Chelem d’Antalya est bien lancé dans la course à la qualification olympique. Le Louvaniste fait l’impasse sur l’Euro et s’octroie une période de repos. Côté féminin, Charline Van Snick (-52kg) poursuit sa revalidation. La Liégeoise soigne sa cheville blessée lors du Grand Chelem de Tel Aviv. Gabriella Willems (-70kg) a aussi dû déclarer forfait à cause de sa grave blessure au genou. Une rupture du ligament croisé qui risque de mettre en péril sa participation aux JO.

Malgré les absents, la Belgique ne manque pas d’atouts pour briller dans ce rendez-vous européen qui réunit 362 judokas issus de 45 pays. Depuis le début de l’année, les judokas belges sont même en grande forme. Ils ont raflé au moins une médaille lors des 3 derniers tournois en Grand Chelem. L’or pour Toma Nikiforov (-100kg) et le bronze pour Sami Chouchi (-81kg) à Tachkent, l’or encore pour Sami Chouchi et le bronze pour Toma Nikiforov et Gabriella Willems (-70kg) à Tbilissi. Et enfin, l’or pour Jorre Verstraeten (-60kg) à Antalya. Une belle moisson de 6 médailles pour le judo belge dans cette année olympique.

Paradoxalement, Matthias Casse (-81kg), notre meilleur représentant actuel n’a pas encore réussi à monter sur un podium en 2021. Le numéro 1 mondial a échoué deux fois au pied du podium. Des résultats auxquels l’Anversois ne nous avait pas habitués ces deux dernières années. "Avant, je gagnais une médaille partout" explique le champion d’Europe 2019. "A presque chaque compétition, je gagnais une médaille. Pour moi aussi, c’est dingue! 3 compétitions sans médaille, mais ça me donne une motivation énorme pour être sur le podium maintenant. Peu importe l’adversaire qui se présentera face à moi, je vais y aller pour le battre".

3 compétitions sans médaille, ça me donne une motivation énorme pour être sur le podium

Grâce à son ranking mondial, Matthias Casse est assuré de participer aux Jeux Olympiques. Seule une blessure pourrait le priver du voyage à Tokyo. Le judoka belge peut donc se préparer sereinement pour les Jeux.  Son dernier tournoi? C’était à Tachkent début mars. Il n’a plus combattu depuis ce duel perdu pour la médaille de bronze contre Sami Chouchi (-81kg). Les 2 Belges se respectent. Ils font partie du top mondial dans leur catégorie. Et pour la 1ère fois, Matthias Casse s’est incliné contre le judoka bruxellois qui réalise la meilleure saison de sa carrière.

"J’ai senti qu’il était en grande forme" raconte Matthias Casse. "Et je suis super content pour lui qu’il ait remporté ces belles médailles. Gagner son 1er Grand Chelem comme il l’a fait, c’est énorme ! C’est bien pour la Belgique d’avoir plusieurs judokas capables de gagner des médailles au plus haut niveau. Les 3 dernières années, on a toujours pris une médaille aux championnats d’Europe. A Tel Aviv, à Minsk et à Prague. Je pense qu’on peut tous les deux prendre une médaille".

C'est énorme ce qu'a fait Sami. On peut tous les deux prendre une médaille à l'Euro

Matthias Casse vise un nouveau podium européen. Son palmarès est déjà garni de 2 médailles en 4 participations à l’Euro. En novembre dernier, il avait terminé 3ème à l’Euro de Prague.

Toma Nikiforov: "Je suis dans une bonne phase et les autres le savent"

Lui n’est pas encore officiellement à Tokyo, mais il a fait un grand pas vers les Jeux Olympiques. Toma Nikiforov s’est complètement relancé dans la course aux JO. 3 tournois, 2 médailles et seulement 2 combats perdus. C’est le bilan actuel du Schaerbeekois en 2021. L’ancien champion d’Europe a remporté son 1er titre en Grand Chelem à Tachkent et a enchaîné avec le bronze à Tbilissi. Des performances qui lui ont permis de grimper à la 20ème place mondiale. Il fait désormais partie des judokas qualifiables pour Tokyo. Un soulagement pour lui et son staff.

"Je pense qu’on a retrouvé un bon Toma" sourit le judoka bruxellois. "Je suis 20ème au ranking… Je ne le savais pas, mais ça enlève une grosse pression sur mes épaules. Je ne montais pas sur le tapis en pensant à mon classement, mais mon coach, Damiano Martinuzzi est un peu plus serein. On ne doit plus aller à chaque tournoi pour prendre un maximum de points. Maintenant, on est assez calme".

On a retrouvé un bon Toma

Toma Nikiforov a donc pu se permettre de "zapper" le Grand Chelem d’Antalya. Il en a profité pour se ressourcer et soigner sa cheville. Le vrai défi, c’est de conserver de la fraîcheur mentale et physique à l’approche des JO. Pas simple avec la succession des compétitions, mais c’est capital de trouver le bon équilibre pour ne pas arriver cramé à Tokyo. Ce championnat d’Europe est une étape. Un rendez-vous important sur la route des Jeux. Mais comment Nikiforov va-t-il aborder son 9ème Euro chez les seniors? Ses récents résultats font-ils de lui un favori?

"Je suis dans une bonne phase et les autres le savent aussi" affirme le judoka du Crossing Schaerbeek. "Quand j’ai gagné à Tachkent, Certains sont venus me dire… ‘Ce n'est pas vrai, il est de retour’. On ne m’avait pas enterré, mais certains se sont dit…’ce serait quand même mieux si Toma n’est pas en forme ou s’il n’est même pas aux JO’. Ici, je vais faire en sorte d’à nouveau marquer les esprits. Je vais surtout me concentrer sur mon judo, me faire plaisir et gagner un maximum de combats. Aux championnats d’Europe, je suis rarement en méforme. J’ai seulement connu 2 défaites au 1er tour et j’ai déjà 3 médailles européennes à mon palmarès. Je vais essayer d’aller en chercher une 4ème…(rires)".

Anne-Sophie Jura: "Je veux monter sur le tapis en mode guerrière"

Si certains ont déjà fait une partie du chemin, d’autres doivent encore se battre pour s’offrir le précieux sésame. C’est le cas d’Anne-Sophie Jura (-48kg). Il lui reste 3 tournois pour décrocher la qualification olympique: l’Euro de Lisbonne, le Grand Chelem de Kazan et les championnats du monde à Budapest. La judokate hennuyère, 5ème de l’Euro en 2018 occupe la 42ème place mondiale. Tout est encore possible, mais il va falloir faire le plein de points. "Pour ma part, les compétitions ne se sont pas très bien passées en début d’année" raconte Anne-Sophie Jura. "De manière générale, je n’ai pas montré ce dont je suis capable lors de ces compétitions. Perdre, ça peut arriver... mais lorsqu’on perd parce qu’on n’a pas donné le meilleur de soi-même, c’est vraiment frustrant. Je ne veux plus vivre ça".

Kenneth Van Gansbeke (-66kg), Mina Libeer (-57kg) et Sophie Berger (-78kg) sont dans la même situation. Il n’est pas trop tard, mais il est temps. Et Anne-Sophie Jura l’a bien compris. Elle compte aborder cet Euro avec un tout autre état d’esprit. "Je suis consciente que c’est un tournoi important" conclut Anne-Sophie. "Je sais que j’ai les capacités de battre des filles très fortes. Je veux vraiment monter sur le tapis en mode guerrière".

Programme des Belges à Lisbonne:

16/04

-48kg : Anne-Sophie Jura (IJF42)

-48kg : Ellen Salens (IJF57)

-52kg : Amber Ryheul (IJF40)

-57kg : Mina Libeer (IJF48)

-66kg : Kenneth Van Gansbeke (IJF34)

17/04

-73kg : Jeroen Casse (IJF78)

-81kg : Matthias Casse (IJF1)

-81kg : Sami Chouchi (IJF16)

18/04

-78kg : Sophie Berger (IJF41)

-100Kg : Toma Nikiforov (IJF20)

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK