Charline Van Snick, des mondiaux de judo aux JO de Tokyo: "Il faut toujours compter sur moi"

Dans moins de 2 mois, ce seront les Jeux Olympiques. Et pour la 3ème fois de sa carrière, Charline Van Snick sera au rendez-vous. Une blessure a pourtant perturbé toute sa préparation. Depuis plus de 10 ans, la judokate belge combat au plus haut niveau. Après une longue revalidation, la Liégeoise sera bien ce lundi sur les tatamis aux championnats du monde à Budapest. Une étape importante à l'approche des JO. Deux objectifs qu'elle a préparés chez elle à Paris.

"C’est parti… Allez, allez, allez… respire, respire !"

Il est 10h dans le dojo de l’ACBB à Boulogne Billancourt. C’est le repère de Charline Van Snick. Depuis 2 ans, c’est ici qu’elle s’entraîne la plupart du temps. Au programme : séance de circuit training. La judokate belge suit les directives de Sébastien Calloud, son préparateur physique.

La Parisienne d’adoption travaille sans relâche pour être au top à Tokyo. Charline Van Snick se prépare pour sa 3ème participation aux JO. Des Jeux qu’elle a pourtant failli louper à cause d’une blessure au Grand Chelem de Tel Aviv en février dernier.

"Je me suis blessée à la cheville" raconte Charline Van Snick. "J’ai eu une rupture des ligaments, mais je n’ai pas eu besoin d’opération. Je me suis concentrée sur le renforcement et aussi sur ma tendinite à l’épaule. Je reste confiante, car la progression est très bonne".

La Liégeoise est sur la bonne voie. Après 10 jours dans le plâtre et 3 semaines de revalidation à Capbreton, Charline Van Snick a pu faire son retour à la compétition début mai en Russie.

"J’ai fait un test de retour à la compétition au Grand Chelem de Kazan" explique la médaillée de bronze des JO de Londres. "Malheureusement, j’ai perdu rapidement dans la compétition mais j’étais assez confiante sur la stabilité de ma cheville. Je n’ai pas ressenti de douleur. Pour moi, ça reste un test positif. J’avais besoin de ce rendez-vous pour me remettre dans le bain, avoir de nouveaux objectifs et me dire que je suis toujours là. Il faut toujours compter sur moi. J’arrive".

Ce que je recherche dans le judo, c’est le dépassement. Donner le meilleur de moi-même à chaque compétition

Une médaille olympique, 6 podiums européens, 6ème mondiale, Charline Van Snick, c’est un sacré palmarès ! La Belge fait partie des meilleures judokates de sa catégorie en -52kg. Et cette année, même si les Jeux restent la priorité, pas question de zapper les mondiaux de Budapest.

"Un championnat du monde, c’est toujours super excitant" ajoute la Liégeoise. "J’ai fait deux fois 5ème. Je suis passée assez proche de la médaille. J’ai envie d’améliorer ça et d’aller chercher cette belle médaille. Je sais que j’en suis capable. Je n’ai pas encore récupéré à 100% mon niveau, mais je vais aller à ce championnat du monde avec une grande motivation et avec les JO comme objectif ultime bien sûr".

Des Jeux qui auront lieu au Japon, le berceau du judo. Ce seront les troisièmes Jeux Olympiques de sa carrière. Et à 30 ans, Charline Van Snick ne compte pas en rester là.

Paris 2024, c’est très tentant. Je pense que mon corps et mon esprit vont tenir jusque-là

"Finir sur une année bouleversée par le Covid, c’est difficile" termine Charline Van Snick. "Pour moi, la compétition, ce n’est pas uniquement la pratique du combat en tant que tel. C’est tout ce qu’il y a autour aussi. Les émotions fortes, le public, les victoires, parfois les défaites, des moments à partager avec ma famille, mes proches, mon staff,… C’est tout ça que j’aime et c’est ce qui nous a été enlevé par le protocole sanitaire. Moi, je n’ai pas envie de finir là-dessus. Et Paris 2024, c’est à côté. C’est vraiment très tentant. Et puis, c’est plus que dans 3 ans. Donc, je pense que mon corps et mon esprit vont tenir jusque-là".

1 images
Charline Van Snick a le regard tourné vers les mondiaux et les JO de Tokyo © Belga image
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK