Vanasch après la désillusion des Red Lions : "Cette défaite fait mal"

Vanasch après la désillusion des Red Lions : "Cette défaite fait mal"
Vanasch après la désillusion des Red Lions : "Cette défaite fait mal" - © DIRK WAEM - BELGA

Les Red Lions ont de quoi être terriblement déçus après leur défaite face à l’Inde lors des quarts de la finale de la World League ce mercredi. Leur gardien Vincent Vanasch ne pouvait d’ailleurs pas cacher sa tristesse quelques instants après la rencontre.

"Forcément, cette défaite fait mal. On est super déçus. On ne l’a pas vu venir, regrette le dernier rempart belge au micro de la RTBF. On jouait l’Inde chez eux dans un quart de finale. Tout pouvait arriver, tout était possible. C’est un peu comme une finale et dans une finale, il faut être prêt à tout. L’Inde a bien joué le coup avec le public en 12ème homme. Nous, on n’a pas livré notre meilleure prestation pour arracher la victoire."

Malmenés tout au long de la partie, les protégés de Shane McLeod, qui avaient réalisé un sans-faute en phase de poules, sont parvenus à accrocher les shoot-out mais se sont montrés particulièrement nerveux lors de cet exercice spécifique.

"C’était tendu, raconte Vanasch. C’est un peu une loterie. On a raté nos trois premiers shoot-out ce qui est rare. J’ai essayé de sauver les meubles (il arrête tout de même trois tentatives indiennes, ndlr) mais malheureusement, dans la mort subite, on a payé le prix fort. C’est comme ça. La prochaine fois, on les gagnera. Tant mieux que ça se passe à ce tournoi-ci et pas à la Coupe du Monde."

Après les revers en finale des Jeux Olympiques à Rio en 2016 et en finale de l’Euro en aout dernier, ce nouvel accroc est une désillusion de plus. La frustration commence à peser dans les têtes.

"Le tournoi a été très bon jusqu’à ce quart de finale où on n’a pas joué notre jeu. On a accumulé beaucoup d’actions individuelles et on voyait que le collectif était moins présent. Il faudra faire un bon feedback individuel et collectif pour aller de l’avant. C’est une bonne leçon. La Coupe du Monde se jouera aussi ici en Inde (du 28 novembre au 16 décembre 2018, ndlr). Ça fait donc déjà une belle expérience même si elle est un peu négative. Je pense que pour le futur, ça va nous rendre meilleurs. Ça va encore nous faire grandir. On a une équipe très jeune. Le meilleur reste à venir" promet Vanasch.

"La Coupe du Monde, c’est dans un an. Il va falloir se lever les coudes, assure encore le portier du Watducks. Le chemin est encore long."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK