Red Lions : une dernière marche si haute !

Red Lions : une dernière marche si haute!
Red Lions : une dernière marche si haute! - © DANIEL TECHY - BELGA

On va finir par peiner à trouver des superlatifs suffisants pour qualifier les prestations des Red Lions, en tout cas, depuis que les matchs à élimination directe sont d’actualité.

Jamais mis en difficulté, les hommes de Shane McLeod ont allié rigueur défensive et efficacité offensive face à une Angleterre impuissante.

Le tout avec une intelligence collective impressionnante. Un "QI hockey" qui donne pourtant l’impression que la réflexion, source potentielle de doutes, est inutile tant la machine Made in Belgium semble bien huilée. Et si, comme ce fut enfin le cas lors de cette demi-finale, les pénalty-corners deviennent performants, cette Belgique là devient injouable, en tout cas pour cette équipe anglaise.

Mais que ce score de 0-6 ne cache pas la véritable force de nos Red Lions : leur défense! Notre gardien Vincent Vanasch n’a pratiquement rien eu à faire.

Et un homme symbolise cette solidité : Arthur Van Doren. L’Anversois a tout simplement été impérial : infranchissable dans les duels, propre dans ses relances et, pour ne rien gâcher, élégant sur le terrain. Le numéro 4 de notre équipe nationale est à l’image de ce groupe. Par son talent, il pourrait épater la galerie. Par ses capacités techniques, il pourrait sortir de son rôle et se mettre en avant. Mais il ne le fait pas, au plus grand profit de son équipe. Et sans se faire taxer de chauvinisme, un nouveau titre de meilleur joueur du monde (après celui de 2017) n’aurait rien d’étonnant.

Et puis, comment ne pas souligner le courage de Simon Gougnard ? Meurtri par l’annonce du décès de son papa (un homme qui aura beaucoup fait pour son sport), il a néanmoins tenu à disputer ce match capital. Le médian brabançon lui a d’ailleurs rendu le plus beau des hommages en marquant un but.

Place à présent à cette finale avec l’espoir d’enfin décrocher un premier titre majeur. Mais tous ces compliments tomberont aux oubliettes si d’aventure le cours de l’histoire se répétait à nouveau. Perdre une nouvelle grande finale, balayerait d’un revers de stick tout le travail fourni! Face aux Pays-Bas, qui les ont battu en finale de l’Euro l’an passé, les Belges auront un sentiment de revanche. Mais, par rapport à ce triste souvenir, les données sont bien différentes.

D’abord, les Néerlandais ne seront ici plus portés par leur public, comme ce fut le cas à Amsterdam. De plus, ils ont puisé davantage dans leurs réserves pour se qualifier (victoire aux shoot-outs) face à l’Australie ! Des points favorables avant ce final. Mais que les Belges ne s’y trompent pas : ils devront réitérer leur performance (sans doute l’une des plus aboutie de leur histoire) de ce samedi! Un fameux défi...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK