Red Lions: "Le confinement a du bon...on ne doit plus ramasser les balles"

Après 2 mois de disette, les Red Lions étaient donc de retour sur les terrains d’entrainement ce lundi. Au grand bonheur des joueurs qui pouvaient enfin reprendre leur stick. " C’était vraiment chouette de pouvoir revoir mes équipiers. Et en plus, il n’y avait personne sur la route donc le trajet était aussi agréable ", plaisante le médian Victor Wegnez. " Même si on était qu’en petit groupe, qu’on ne pouvait pas s’embrasser, c’était sympa de revoir des visages familiers ".

Un plaisir confirmé par son équipier au milieu de terrain John-John Dohmen. " Après plusieurs semaines à ne faire que du physique, on a enfin pu retrouver des sensations. Mais c’est clair que les conditions n’étaient pas normales. Mais cela fait tout de même du bien de reprendre l’entrainement ".

Ce retour était en effet très différent. De part les mesures de sécurité prises, la pratique de leur sport a fatalement changé. " Le hockey est un sport de contact, de rythme. Mais, pour le moment, on doit éviter tout cela. On a fait aucun petit match, comme on en a l’habitude, mais beaucoup de shots au goal par exemple. Ce qui m’arrange bien parce que ce n’est pas mon point fort ", rigole Victor Wagnez qui avait pourtant marqué d’un magnifique shot en revers lors de la demi-finale du dernier Euro.


>>>Lire aussi : Les Red Lions autorisés à reprendre l'entrainement... avec prudence


Mais les habitudes sont parfois tenaces et les rappels à l’ordre parfois nécessaires. " Au début j’allais vers tout le monde mais j’étais visiblement trop près et on m’ordonnait de reculer. ", sourit Victor Wegnez. " Blague à part, tout était parfaitement organisé. On ne devait ramasser aucune balle ou aucun matériel par exemple. Cette triste période a au moins ça de bon ".

Autre changement marquant : le coach Shane Mcleod se trouvait en haut d’une tour, habituellement utilisée pour filmer les rencontres. Et s’il était déjà commun que l’entrainement soit dispensé par l’entraineur adjoint, le Néo-Zélandais avait l’habitude d’être au plus proche de ses joueurs pour les conseiller. " C’est clair que l’on a moins de contacts. On a juste un peu discuté par vidéo-conférence. Aujourd’hui, il a juste fait un petit discours en début et fin d’entrainement. Lui qui a l’habitude de parler avec ses joueurs, on ne se parle pas beaucoup en moment. Mais l’objectif olympique ayant été repoussé tellement loin qu’on n’est pas du tout inquiet. On a le temps. ", rassure John-John Dohmen.

Reste à savoir maintenant combien de temps dureront ces entrainements sans contact. A l’heure actuelle, nul ne le sait. En attendant, dans ces conditions, le but est surtout d’entretenir les acquis. " Je ne pense pas qu’on peut réellement progresser pour le moment ", explique, réaliste, John-John Dohmen. " Peut-être certains aspects individuels, la technique pure par exemple, peuvent être travaillés mais, à part cela, c’est surtout de l’entretien. Pour autant, je ne pense pas non plus que l’on va beaucoup régresser. Sauf si on doit encore s’entrainer de la sorte durant 6 mois. Mais ce sera aussi valable pour les autres nations".

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK