"Nous avons trop reculé après le 1er goal de la Chine", regrette Emilie Sinia

Seule maman de l'équipe, Emilie Sinia a courageusement répondu par téléphone aux premières questions de la presse belge restée au pays, après la cruelle défaite face à la Chine en match de barrage pour la qualification olympique samedi à Changzhou, . "Il est trop tôt pour porter une analyse précise sur ce qui s'est passé lors de ce deuxième match, alors que nous avions toutes les cartes en mains pour nous qualifier pour Tokyo. Je pense toutefois que notre erreur fut de trop reculer lorsque nous encaissons ce premier but chinois à cinq minutes du terme", a expliqué la plus ancienne des Red Panthers (230 capes).

"Quand la Chine sort sa gardienne, nous avons été incapables d'exercer une pression plus haute. Je ne sais pas si c'est la fatigue ou le mental, mais nous avons trop subi le jeu à ce moment-là. Et lorsqu'elles marquent, nous n'avons pas su rebondir. Nous n'avons pas réussi à contre-attaquer. Quant aux shoot-outs, c'était vraiment différent par rapport à la Pro League. D'abord ici, c'est la Chine qui est remontée au score et avait donc cet esprit de vainqueur. La gardienne était aussi différente. Elle a été suspendue un an pour dopage et elle a fait son retour dans l'équipe cet été. Comme Aisling (D'Hooghe), les deux gardiennes ont été impressionnantes durant ces shoot-outs", a encore commenté la joueuse de La Gantoise, qui a connu avec les Panthers les joies de la qualification pour Londres mais aussi -également aux shoot-outs- la déception de l'élimination en 2015 pour les JO de Rio.

Contrairement au premier match de vendredi, les joueuses de Niels Thijssen n'ont jamais réussi à s'exprimer samedi, ne créant que trop peu d'occasions de but (une seule sur pc). "Contrairement à ce que l'on pourrait penser nous n'avons jamais essayé de jouer le nul. Il est vrai que chaque quart-temps terminé, on se sentait plus proche de notre objectif. Il faudra analyser ce qui s'est passé et tirer les enseignements. Il est à présent clair que nous sommes incapables de gérer les moments importants. Il faut aussi accepter que nous n'avons pas répondu aux attentes. Le signe positif vient des jeunes. Voir Ambre Ballenghien s'élancer du haut de ses 18 ans sur un shoot-out décisif et le réussir brillamment, c'est aussi le signe que nous avons les capacités de rebondir pour l'avenir", a ponctué Emilie Sinia.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK