Le hockey est-il toujours un sport réservé à une élite ?

Ils vont rentrer en Belgique demain matin avec la Coupe du Monde de hockey sur gazon. Les Red Lions sont champions du monde. Et leur sport encore un peu plus sous le feu des projecteurs. Mais le hockey continue de souffrir d'une image de sport élitiste. Est-ce toujours un sport pour les riches ?

Pour répondre à cette question, il suffit de jeter un œil sur le tarif des cotisations.

En moyenne, impossible de s'en sortir en dessous de 350 euros. L’affiliation annuelle coûte par exemple 385 euros pour un jeune de moins de 14 ans qui souhaite rejoindre une équipe du club du Pingouin à Nivelles. Pour La Louvière, il faudra s’acquitter du paiement d’une somme de 450 euros. Pour les clubs historiquement plus prestigieux comme le Watducks ou le Léo par exemple, le prix grimpe encore : entre 800 et 1000 euros pour une saison. "Si on part du principe, qu’un jeune s’entraîne 2 à 3 fois par semaine et dispute un match par week-end, ça ne coûte pas cher. A peine 2 euros la séance" précise Marc Coudron, le Président de la fédération.

Evidemment certains clubs mettent en place des systèmes de prix dégressif pour les 2ème et 3ème enfants d'une même famille ou pour les membres qui ont des difficultés financières.

A cela s'ajoute évidemment le prix de l'équipement. Comptez environ 150 euros pour un stick. Matériel qui est complètement différent de celui utilisé en salle pendant la période hivernale, ce qui augmente encore les frais pour ceux qui de jouer la saison indoor.

A titre de comparaison, une affiliation dans un club de basket ou de football oscille entre 200 et 300 euros.

Parfois, ça monte à 350 euros. Mais au foot par exemple, l'équipement est compris. Les joueurs reçoivent habituellement un sac, un training, un survêtement et un équipement complet.

Mais le plus grand changement dans la pratique du hockey, c’est son évolution géographique.

De plus en plus de clubs ouvrent leurs portes dans des régions ou villes plus "populaires" comme Mons, Arlon ou encore Charleroi. Des communes où le revenu par habitant est plus modeste.

Là où les clubs historiques sont tous situés dans le bassin anversois, dans certaines communes huppées de Bruxelles et dans le Brabant Wallon. "Il y a 10 ans, il y avait peu de clubs dans le Hainaut, dans la province de Luxembourg ou en région liégeoise. Mais les choses évoluent énormément dans ces régions. Là où avant, les clubs étaient surtout situés dans l’axe Anvers/Bruxelles/Brabant" précise encore Marc Coudron.

Le hockey, c'est un sport en plein boom évidemment. Il y a aujourd'hui 94 clubs au sein de l'association royale belge de hockey. Pour un peu plus de 47.000 membres. Il y en avait à peine 20.000 en 2008 lors de la participation des Red Lions aux JO de Pékin. Et moins de 15.000 six ans plus tôt.

Autre évolution, la proportion de jeunes filles et de dames qui pratiquent. Plus de 40% actuellement là où elles n'étaient que 20% il y a 10 ans à peine.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK