La tribune du Racing, théâtre du premier Belgique-France, menace de s'effondrer

La Tribune du Racing de Bruxelles, théatre du premier Belgique-France en 1904, doit être rénové. Les membres du club se mobilisent.
3 images
La Tribune du Racing de Bruxelles, théatre du premier Belgique-France en 1904, doit être rénové. Les membres du club se mobilisent. - © Tous droits réservés

La tribune accueillant les supporters du Racing de Bruxelles, à Uccle, fait partie du paysage du monde du hockey. Matchs de championnat, finales de play-offs, rencontres de l’équipe nationale, les souvenirs y sont légions pour bon nombre de hockeyeurs. Construite en 1904, elle fut l'une des premières tribunes en structure " béton " d'Europe et est, surtout, l'une des dernières encore debout. Mais peut-être pas pour très longtemps. L'édifice est en piteux état et certains membres se mobilisent pour récolter des fonds.

" A l’époque, elle était utilisée par le football ", rappelle Jean-Marc Sterno, membre du Racing. " Et elle fut le théâtre du premier match international, entre la Belgique et la France, en 1904. Peu de temps après, la FIFA a été mise en place. La tribune et cette rencontre ont donc permis de réunir des personnalités importantes du football qui ont estimé nécessaire de créer une fédération internationale. "

Au-delà de son architecture atypique, la tribune du Racing a donc une portée historique et sportive importante. Malheureusement, âgée de 116 ans, elle n’est pas épargnée par l’usure du temps. " Il y a urgence. Il faut prendre des dispositions pour qu’elle ne s’écroule pas. C’est un joyaux architectural qui connait de multiples problèmes d’infiltration d’eau, de fissures, de toiture. L’édifice est classé depuis 2010. Cela nous impose, en toute logique, de la rénover comme à son origine. Malheureusement, tout cela a un cout. ", explique Jean-Marc Sterno, également professeur d’architecture à l’ULB.

Budget de l’opération : un million d’Euros. Ce montant sera en partie financé par des subsides mais cela ne sera pas suffisant. " Les subsides couvrent 40 à 45 pourcents du budget. De son côté, le club du Racing n’a pas les moyens d’intervenir. Nous avons tenté d’obtenir des fonds européens (Fonds feder) mais nous n’avons pas été retenus. On se tourne donc vers le mécénat ".

Des dons et du crowdfunding qui doivent permettre de financer le projet. Reste que la période actuelle est assez peu propice aux dons. " Il faut garder espoir parce que cette tribune se dégrade de jour en jour. Il faut convaincre des sociétés et des personnes qui seraient tout aussi attachées que nous à l’histoire du club. Mais cela reste un investissement essentiellement lié à l’image de marque. Objectivement, ce n’est pas fondamental pour le bon fonctionnement du club. Mais j’ai l’espoir de trouver ces personnes, malgré la période compliquée que nous vivons tous, pour sauver cet édifice. "

Un projet que Jean-Marc Sterno, avec l’aide - entre autres - de Philippe De Putter (photographe bien connu dans le milieu du hockey) espère mener à bien pour 2021. Histoire de coller avec le 130ème anniversaire du club. Le cadeau d’anniversaire idéal.         

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK