La fédération belge de hockey soulagée !

Serge Pilet
Serge Pilet - © KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

L'affaire avait fait grand bruit en janvier dernier. La Commission des jeux de hasard menait une enquête sur des paris qu'auraient réalisés des Red Lions à l'occasion, entre autre, de la dernière Coupe du Monde remportée par notre équipe nationale.

On apprenait ce matin que cette enquête n'avait finalement révélé aucune infraction. Au grand soulagement de la fédération belge et de son secrétaire général Serge Pilet. 

Serge Pilet, on imagine le soulagement de la fédération…
"Nous sommes bien-sûr rassurés. Mais officiellement, nous n’avons reçu aucun rapport de clôture. Nous attendons donc encore une réponse officielle mais, en effet selon la presse, nos joueurs sont blanchis et nous n’avons plus de raison de nous inquiéter."

Reste que, au-delà des Red Lions, les paris dans le hockey sont aujourd’hui une réalité. Cela vous inquiète ?
"Oui mais il faut faire une distinction : parier sur une rencontre de hockey n’est pas illégal aussi longtemps que les joueurs ne parient pas sur leurs propres rencontres. Il y a donc peut-être encore des joueurs qui parient. Mais nous avons la volonté, dans notre règlement, de supprimer toutes les possibilités de paris dans le hockey."

Que compte justement mettre en place la fédération pour qu’un cas de pari illégal, qui serait cette fois-ci avéré, ne se présente à l’avenir ?
"Entre temps, nous avons déjà adapté le contrat de nos joueurs (NDLR : Red Lions) en rajoutant une clause qui leur interdit tous paris sur une rencontre de hockey. Et à côté de cela, nous allons proposer aux clubs, lors de la prochaine assemblée générale au mois de juin, d’adapter notre règlement afin d’interdire tout pari dans le monde du hockey. Notre souhait est qu’aucun joueur, affilié à la fédération, ne puisse parier sur notre sport."

Finalement, votre souhait ne serait-il pas que les sociétés de paris ne s’intéressent plus à votre sport ?
"C’est ce que nous souhaitons mais nous ne pouvons pas leur imposer. Elles sont évidemment libres de proposer les produits qu’elles souhaitent. Mais, de notre côté, le conseil d’administration de la fédération a décidé, il y a 4 ans, de refuser toute proposition de partenariat commercial avec ce type de société."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK