L'explication du coup de génie de Vincent Vanasch

La Belgique n'aurait certainement pas signé sa folle remontée sans son gardien. Et cette fois, ce n'est pas tant sur sa ligne (même s'il a signé  2 ou 3 gros arrêts du stick) qu'il a été décisif. Explication. A 0-2, l'arbitre siffle un stroke (un peu comme un péno au football). Et ce pour une faute de pied (un kick) de Flo Van Aubel à même la ligne. La décision paraît indiscutable. Le pied est manifeste. 

On pense que "The Wall" bluffe et abat une dernière carte. Sait-on jamais?  Il réclame la vidéo. Vincent Vanasch était attentif à un détail. Le stoppeur allemand (le joueur qui cale la balle au moment du PC) s'était aidé volontairement de la main pour bloquer la balle. Il faut savoir qu'en hockey, il faut, en cas de recours à la vidéo, poser la question juste. Après une attente interminable, les assistants vidéo, appuient le recours du gardien du Wat Ducks et invalident le stroke. 

Et la remontada s'enclenche. Mais la question que l'on se pose est la suivante. Comment, sur une telle phase, où tout va super vite, notre gardien a-t-il pu s'apercevoir de la supercherie, du joueur allemand? S'aider de la main, c'est d'office, éviter que la balle ne déborde le stick au moment du calage. Le faire inconsciemment, c'est de la maladresse. Commettre ce geste sciemment, c'est de la tricherie.

La réponse de Vincent Vanash est limpide : "J'avais observé, à la vidéo, que ce joueur agissait toujours de la sorte. Il l'avait déjà fait en Pro League.... Plusieurs fois. J'y étais donc très, très attentif. Cela a payé."

Eh comment. Derrière cette phase, Vanasch a levé le poing de la victoire. Il a galvanisé ses équipiers. Victor Wegnez a alors joué le feu. Et la suite, on la connaît.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK