Jeremy Gucassoff, du Outdoor au Indoor!

Ce vendredi, Les Red Lions Indoor se sont magnifiquement qualifiés pour les demi-finales de l’Euro de hockey en salle, organisées à Anvers. Ils affronteront la Pologne en 1/2 après leur partage contre l'Autriche ce samedi. Une équipe Indoor belge amputée des Red Lions " Outdoor ", partis en stage en Nouvelle-Zélande, mais qui peut compter sur des joueurs de talents. Entre autre sur un gardien aux solides références : Jéremy Gucassoff.

Avec 160 sélections au compteur, essentiellement comme 2ème gardien, Jeremy Gucassoff a fait partie, pendant près d’une décennie, de la folle aventure des Red Lions " Outdoor ". Une aventure qui s’est achevée après sa décision de mettre un terme à sa carrière internationale, il y a quelques semaines.  " J’ai pris ma décision en âme et conscience et je suis désormais très heureux de faire partie de l’équipe nationale en salle. J’ai donné ce que je pouvais aux Red Lions en extérieur et je reste leur fan N°1 ", explique Mimi (son surnom dans le milieu du stick).

Avec une médaille d’argent olympique, il aura réalisé une magnifique carrière, même si ce fut le plus souvent dans la peau de réserviste. " C’est le principe d’un sport d’équipe. C’est le résultat qui compte. Ca n’a pas toujours été facile, c’est sur. Mais je suis très très fier de ce que j’ai fait avec les Red Lions ".

Après des années de sacrifices, il a donc décidé de lever le pied, de se lancer professionnellement mais aussi d’enfin profiter pleinement de sa récente paternité. Mais le gout de la compétition était visiblement trop fort. " Le staff Indoor a pris contact avec moi pour voir si j’étais intéressé. Avec mon vécu en club (NDLR : son club, le Racing de Bruxelles, a raflé 8 des 10 derniers titres nationaux), je le fais avec beaucoup d’envie. Evidemment, il y a un monde entre les deux équipes ", compare le gardien. "  Cette équipe est encore très jeune et beaucoup de monde nous aide bénévolement pour que tout se passe pour le mieux. Et ça se passe très bien pour le moment. "

Le professionnalisme (ou en tout cas le semi-professionnalisme) est devenu une réalité pour les Red Lions. On en est encore loin pour les Indoors. "Oui mais lorsque j’ai débuté ma carrière avec les Red Lions, c’était aussi du bénévolat. On avait juste une aide pour payer notre essence ", se remémore-t-il avec le sourire. " Petit à petit, avec les résultats, on a eu de plus en plus de sponsors, de médiatisation. On est rentré dans un programme olympique avec la possibilité de s’entrainer beaucoup plus avec des systèmes de contrats. Mais cela a pris des années et je pense que c’est ce qui se passe avec les Indoors. On est à l’aube de notre histoire. Mais cela commence par un bon résultat, ici, à l’Euro d’Anvers et puis à la Coupe du Monde à Berlin en février. ".

Une évolution que va donc accompagner Jeremy, l’investissement étant moins important. " Cela demande moins de temps  parce que la période est plus courte (NDLR : le hockey en salle en Belgique se joue, en gros, de fin novembre à février). Mais c’est plus intense. On s’entraine le soir, 2 à 3 fois par semaine, et il faut combiner cela avec une véritable vie professionnelle ou estudiantine. En plus, dès février, il faudra combiner cela avec la reprise de la saison sur gazon. C’est 2 mois très intenses. "

De quoi alourdir un agenda qui s’était pourtant allégé depuis sa retraite internationale. Pas simple, alors qu’il vient réellement de lancer sa vie professionnelle avec un nouveau travail depuis quelques semaines seulement. " On avait déjà discuté avec mon employeur avant la signature de mon contrat ", sourit Jeremy. " C’est une grosse flexibilité qu’il m’offre. "

Dans ce groupe, amputé des Red Lions (partis en stage en Nouvelle-Zélande, Jeremy fait partie des références. " Mais je ne suis pas le seul à avoir une expérience internationale ", rectifie tout de suite le gardien. " Gilles Jacob, Thibaut Cornillie, par exemple, ont aussi vécu plusieurs Coupe d’Europe Indoor avec leur club. Avec ces joueurs, on doit essayer de guider les plus jeunes dans la gestion de la vie à l’hôtel, la succession des matchs. Afin qu’ils gaspillent le moins d’énergie possible dans des choses extra-sportives "

Jeremy Gucassoff a donc une bonne vue d’ensemble des deux groupes (Indoor et outdoor). Pense-t-il que certains de ses nouveaux camarades de jeu  pourraient, dans un futur proche, briguer une place chez les Red Lions ? " Il y a beaucoup de qualités ici mais c’est vrai que les Red lions gazon, c’est 22 joueurs de très haut niveau. Rentrer dans ce groupe n’est donc pas simple. Mais intrinsèquement, il y a beaucoup de joueurs en Belgique qui mériteraient une chance. ".

Reste maintenant à savoir si cette nouvelle carrière internationale a un avenir pour le jeune papa. Il ne ferme en tout cas pas la porte. " L’année prochaine, si ce n’est possible pour des raisons professionnelles, on en discutera. Mais je n’ai pas dans l’idée de faire une simple pige en salle ".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK