Hockey Indoor : Gaetan Dykmans, le novice !

Gaetan Dykmans
Gaetan Dykmans - © RTBF.be

Notre équipe nationale en salle disputera ce dimanche la finale de l’Euro, organisé à Anvers, face à l’Autriche. Un fameux exploit pour cette équipe, classée 16ème mondiale, composée de joueurs ne figurant pas dans l'équipe A sur gazon. Ce tournoi est donc l'occasion de découvrir des têtes moins connues, même si tous sont des joueurs confirmés, avec de multiples participations à des compétitions internationales. Tous? Non, un joueur déroge à la règle: Gaëtan Dykmans.

A 22 ans, ce joueur de division d'honneur au Daring en extérieur et au White Star en salle, a entendu pour la première fois résonner l’hymne national sur un terrain. "Simplement porter le maillot avec l’écusson belge, c’était déjà très chouette. Mais entendre la brabançonne et la chanter avec le public, c’est forcément une grande émotion", explique l’attaquant.

Et une grande première pour lui : Jamais repris en équipe nationale jeune en extérieur, ce tournoi est pour lui une occasion unique. Grand, technique, rapide, autant de qualités indispensables en salle, il a tapé dans l’œil du sélectionneur. "Je pense qu’il faut surtout une technique de base solide. Et bien voir le jeu parce que ça va deux fois plus vite que dehors. En plus, je suis grand donc je peux bien protéger ma balle, me créer de l’espace, et être encore un peu plus dangereux qu’en extérieur".

Cette histoire avec l’équipe nationale, Gaëtan l’a débutée depuis plusieurs saisons. D’abord pour les entrainements, puis en match. Une possibilité qui ne s’était jamais offerte à lui en extérieur. "C’est vrai qu’en extérieur, ni de près ni de loin, je n’ai jamais intégré d’équipes nationales. Mais en salle, il y a 4 ans, j’ai intégré le groupe élargi. Malheureusement, il y a 2 ans, j’ai été écarté juste avant la coupe d’Europe. J’ai alors beaucoup travaillé pour mériter cette place".

Et pourtant, tous ces efforts auraient pu voler en éclat. A quelques semaines de la compétition, il a été victime d’une fracture à la main lors d’un match de championnat. "Quand à six semaines de la compétition, on reçoit une balle sur le pouce et qu’on constate qu’il est cassé, on se dit ‘’Merde’’", se remémore-t-il avec le sourire. " Mais quand le médecin vous dit que vous en avez pour 3 semaines, que vous pourrez ensuite jouer avec une attelle, même si la fracture sera toujours présente, ça rassure".

Une vie de Red Lions éphémère qui apporte beaucoup de satisfactions mais aussi son lot de complications. Comme beaucoup d’internationaux avant lui, il a du arranger son agenda en période d’examens. "J’ai la chance d’être en éducation physique, en 3ème année, avec beaucoup de stages au programme et donc une session déjà allégée à la base. Mais j’ai du contacter mon école pour leur demander des facilités. J’ai passé deux examens avant la compétition et j’en passerai encore trois après. J’ai mes cours avec moi mais je dois avouer que je n’y passe que 2 petites heures par jour. Au grand maximum", rigole l’international.

A 22 ans, le jeune bruxellois est loin de sa fin de carrière. Il espère faire partie du groupe sélectionné pour la prochaine coupe du Monde en février prochain. Et puis, tant qu’à rêver, pourquoi ne pas envisager les Red Lions mais Outdoor. Gaëtan Dykmans nous arrête tout de suite. "Non, je n’y pense pas du tout. L’écart de niveau est énorme. C’est déjà fantastique d’être en Indoor. Après aucun hockeyeur ne refuserait une sélection, mais je sais que ce ne sera pas pour demain", sourit Gaëtan.

Mais, après tout, qui aurait parié sur sa présence en équipe nationale Indoor aujourd’hui ? Alors, qui sait…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK