Céline Martin-Schmets et Laurine Delforge, l'arbitrage au féminin

Laurine Delforge
Laurine Delforge - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La Belgique du hockey tutoie les sommets depuis l'émergence des Red Lions. Mais dans, l'ombre, 2 arbitres peuvent se targuer d'être, aussi, dans les meilleures. Laurine Delforge a été élue meilleure arbitre du monde en 2016. Aujourd'hui, Céline Martin-Schmets intègre le très haut niveau. Les deux ont presté durant cet Euro féminin. Entretien croisé.

Comment est née cette passion pour l'arbitrage Céline ?

"Je joue depuis que je suis toute petite. Et je connaissais bien les règles. Et je n'aimais pas l'injustice. Et je me plaignais toujours contre l'arbitrage. Et maman m'a dit de prendre le sifflet si je me sentais meilleure que les arbitres. Et j'ai sifflé mon premier tournoi en 2007. "

Et vous Laurine?

"J'avais plutôt un sale caractère sur le terrain. Mon père m'a alors provoquée. C'est lui qui m'arbitrait. Et il en avait marre de se faire engueuler. J'ai pris le sifflet. Et quinze ans plus tard, je suis toujours là. "

Vous jouez encore Céline ?

"Je jouais en première équipe à Namur. Mais c'était trop chaud de combiner la division d'honneur et l'arbitrage de haut niveau. Je joue donc dans la deuxième équipe. Je crois que c'est bon de toujours garder un contact avec son stick pour sentir les choses. Sentir les règles."

Et vous Laurine, vous jouez encore en DH à l'Antwerp...

"Oui. Tant qu'il n' y a pas de choix à faire, je continue les deux. C'est deux passions complètement différente. J'ai besoin de jouer et d'arbitrer. C'est une force d'avoir été une bonne joueuse pour briller dans l'arbitrage. Mais il y a des exceptions. L'arbitre qui va diriger la finale messieurs n'a jamais touché un stick de sa vie. "

Est-ce facile de tolérer les éventuelles erreurs arbitrales quand vous redevenez joueuse? Céline?

"Moi j'arrive à me taire et à garder cela à l'intérieur de moi. Même si ce n'est pas facile. Parfois je challenge un peu l'arbitre. Mais après le match.

Laurine?

"Comme je l'ai dit, j'ai toujours eu un sale caractère sur le terrain. Mais il faut faire la part des choses. Quand je joue je joue. Et s'il faut me mettre une carte, il ne faut pas hésiter. On m'a déjà reproché de ne pas aider l'arbitre. Mais ce n'est pas mon rôle."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK